•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de London veut empêcher le « brewfing »

Une foule de jeunes fêtards habillés en vert pour la St-Patrick paniquent. Un toit a cédé sous le poids des jeunes.

Le « brewfing » peut être risqué. Ici, un toit a cédé sous le poids des fêtards.

Photo : Photo Facebook

Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une ville du sud de l'Ontario envisage de réprimer les personnes qui font la fête sur le toit de leur résidence.

Le personnel de la Ville de London recommande de modifier un règlement pour y ajouter le « brewfing », une pratique qui consiste pour les étudiants à grimper sur le toit de la résidence où ils habitent pour y boire de l’alcool et faire la fête.

Dans un rapport qui sera examiné aujourd'hui par le comité des services communautaires et de protection de la ville, on explique que le règlement, qui a été adopté à l'origine en mai 2012 pour régler le problème des fêtes nuisibles, ne comprend pas cette précision.

Cette année-là, plusieurs célébrations de la fête de la Saint-Patrick à London ont mal viré alors que certaines fêtes dans les régions fortement peuplées d’étudiants se sont transformées en émeutes.

Le rapport indique que le comité décidera s’il ajoute le « brewfing » à la définition de « désobéissance publique ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !