•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un jeune Saskatchewanais brûlé au bras lors de l’enlèvement de son plâtre

Une mère panse les brûlures que son fils a subies lors de l'enlèvement de son plâtre.

Sheri Wollf panse les brûlures que son fils a subies lors de l'enlèvement de son plâtre.

Photo : Radio-Canada / Alicia Bridges

Radio-Canada

Une mère de Gruenthal, à environ 42 km au nord de Saskatoon, fait entendre sa voix après que son fils de 12 ans a subi de graves brûlures lors de l'enlèvement de son plâtre dans une clinique rurale.

Elias McWalter a fracturé son pouce lors d’un accident de luge en janvier. Il a dû porter un plâtre en fibre de verre à l’avant-bras gauche.

Jeudi dernier, il s'est rendu à la clinique Gama à Warman, une municipalité de la région, pour faire enlever son plâtre à l’aide d’une scie spécialisée.

Une fois le plâtre retiré, Sheri Wollf, la mère d'Elias, a rapidement remarqué que quelque chose n’allait pas : elle voyait des brûlures sur le bras de son fils.

J'ai demandé au docteur : ''Qu'est-ce que c'est?'' Il m’a répondu : ''Ce n'est rien, rentrez chez vous et mettez un pansement''.

Sheri Wollf, mère d'Elias

Sheri Wollf a tout de même tenu à consulter son médecin de famille le lendemain. Elias McWalter a alors reçu un diagnostic de brûlures au deuxième degré à deux endroits, de brûlures au premier degré et d'ampoules. À la suite de la visite, les blessures d’Elias devaient être pansées trois fois par jour.

Une procédure qui comporte des risques

Sheri Wollf affirme qu'elle a déposé une plainte contre le médecin de la clinique de Warman à l'Ordre des médecins et chirurgiens de la Saskatchewan.

Elle dit vouloir alerter d'autres personnes qui, comme elle auparavant, ne pensent pas qu’une telle procédure comporte des risques.

Quelque chose doit être fait différemment. Mon fils va avoir des cicatrices toute sa vie à cause de ce qui aurait dû être une intervention très simple.

Sheri Wollf, mère d'Elias

CBC a tenté de joindre le médecin de la clinique Gama, mais n'a pas obtenu de réponse.

Formation pour les médecins des petits centres

Selon un technicien orthopédique à l'Hôpital Grace de Winnipeg, Jeff Lambkin, ce genre d’incident est rare, mais il peut se produire dans les communautés rurales.
Il dit que dans les plus petits centres, il y a rarement des technologues orthopédiques pour mettre ou enlever les plâtres, et une mauvaise technique qui cause des blessures peut être employée. Une fillette a d’ailleurs vécu une situation similaire au Manitoba.

Selon Jeff Lambkin, les médecins devraient écouter leurs patients et arrêter la procédure si ceux-ci se plaignent de douleurs. Il aimerait également que les médecins des collectivités rurales soient mieux formés pour rendre l'enlèvement des plâtres plus sécuritaires pour les patients.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Santé