•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chez nous, le film qui vient perturber la présidentielle française

Le film « Chez nous », de Lucas Belvaux

Le film « Chez nous », de Lucas Belvaux

Photo : Le Pacte

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Lancé à quelques semaines de l'élection présidentielle en France, le long métrage Chez nous, largement inspiré du parti du Front national de Marine Le Pen, vient bousculer la campagne électorale.

Véritable pavé jeté dans la mare du Front national par le réalisateur Lucas Belvaux, Chez nous raconte l'histoire de Pauline, une infirmière à domicile et mère monoparentale établie dans le nord de la France, près de Lens. Connue et très appréciée de sa communauté, elle acceptera de se présenter aux élections municipales sous les couleurs du Rassemblement national populaire, un parti d'extrême droite dirigé par une femme, aux cheveux blonds par surcroît.

Le rapprochement entre ce parti et le Front national de Marine Le Pen est manifeste.

 

« Je voulais parler de dédiabolisation, dire comment ces partis-là travaillent beaucoup leur image, alors qu'ils restent sur un fond idéologique très ancien, a expliqué le réalisateur lundi à Franceinfo. Ça me paraissait important de raconter ça, de montrer les mécanismes, comment le discours change en surface, mais sans changer sur le fond. »

La sortie du film, prévue pour mercredi, promet de continuer de faire la manchette en France, alors que le pays se lance dans la dernière ligne droite de la campagne présidentielle avant le premier tour, qui se tiendra le 23 avril.

Le réalisateur belge, qui se défend d'avoir produit un film anti-Front national, souhaitait plutôt dénoncer les doubles discours adoptés par certains partis politiques.

Lorsqu'on lui demande si son personnage de Pauline représente le « visage présentable » du Front national, le cinéaste répond de façon affirmative, ajoutant que « 28 % des élus Front national aux dernières municipales ont démissionné. Cela ne s’est jamais vu dans l’histoire politique française. Il y a une manipulation, évidemment ».

Le film « Chez nous », de Lucas Belvaux »Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le film « Chez nous », de Lucas Belvaux »

Photo : Le Pacte

Le contribuable français

Du côté du Front national, le vice-président a dénoncé le film lors de la sortie de la bande-annonce, il y a quelques semaines.

C'est carrément affiché anti-Front national. On est à deux mois de l'élection présidentielle. Et les films français sont financés par le contribuable français, donc, en partie par beaucoup d'électeurs du Front national. Nous trouvons cela absolument scandaleux, inadmissible.

Une citation de : Florian Philippot

Lucas Belvaux, qui signe ici son dixième film, a répliqué lundi en indiquant qu'« un film, c'est de droit privé. On n'oblige pas les gens à aller dans les salles de cinéma. Le voit qui veut ».

Le film met en vedette Émilie Dequenne dans le rôle Pauline Duhez, et Catherine Jacob dans celui d'Agnès Dorgelle, présidente du parti de droite.

Selon la firme CBO, 235 exemplaires de Chez nous ont été distribués en France. Reste maintenant à voir la réaction des cinéphiles.

Avec les informations de France Info, et Le Figaro

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !