•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une université d'Edmonton met à l’aise ses étudiants autochtones

Les étudiantes Maxine Courtoreille-Paul et Dallas Cardinal de l'Université Concordia à Edmonton

Les étudiantes Maxine Courtoreille-Paul et Dallas Cardinal de l'Université Concordia à Edmonton

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Université Concordia à Edmonton facilite l'intégration de ses étudiants autochtones avec des mesures destinées à les aider à se sentir plus à l'aise dans l'établissement.

Tout d’abord, l'Université s’assure que des Autochtones font partie du conseil étudiant et a mis sur pied un programme d’aînés en résidence. Un centre voué aux Premières Nations est également en phase de construction et des cours sur l’histoire des Autochtones seront développés pour tous les étudiants.

Un cours de langue crie sera proposé dans un proche avenir.

« Avoir un sentiment de communauté donne une impression d’appartenance », constate Maxine Courtoreille-Paul, une étudiante autochtone qui en est à sa troisième année de psychologie.

Environ 5 % des étudiants de l’Université Concordia s’identifient comme étant d’origine autochtone et l’établissement souhaite voir ce pourcentage atteindre 12 % d’ici 2021. « Mon espoir est que Concordia devienne une destination pour les apprenants autochtones », précise son président, Tim Loreman.

Il a fallu six mois de consultations auprès d’une centaine d’étudiants et d’aînés autochtones ainsi que des entrepreneurs et des associations culturelles avant de lancer cette vision de l’Université Concordia.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...