•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donald Trump qualifie plusieurs grands médias « d’ennemis des Américains »

Chargement de l’image

Le président des États-Unis, Donald Trump, prononce un discours lors de la présentation du Dreamliner 787-10 de Boeing, en Caroline du Sud, le 17 février 2017.

Photo : Reuters / Kevin Lamarque

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président américain Donald Trump a de nouveau réprimandé les grandes chaînes de télévision et le New York Times en les qualifiant « d'ennemis des Américains » sur Twitter, vendredi, alors qu'il avait déjà passé 77 minutes en conférence de presse la veille à critiquer la couverture médiatique dont il fait l'objet.

« Les médias mensongers (@nytimes en difficulté, @NBCNews, @ABC, @NBC, @CNN) ne sont pas mes ennemis, ce sont les ennemis des Américains », a écrit Donald Trump.

Quelques minutes plus tôt, vers 16 h 30, le président des États-Unis avait publié une première version de son message dans laquelle il ne citait pas les chaînes CBS et ABC. Il avait ponctué son énumération du mot « écoeurant ».

Ce message a été rapidement supprimé et remplacé une vingtaine de minutes plus tard par celui énumérant les chaînes CBS et ABC.

 

Le président a aussi cité sur Twitter l’animateur de radio conservateur Rush Limbaugh, qui a dit que la conférence de presse de jeudi à la Maison-Blanche était une des plus efficaces qu’il avait jamais vue.

« Plusieurs sont d’accord. Mais encore, les médias mensongers pensent différemment! Malhonnête. »

— Une citation de  Le président Donald Trump, extrait de Twitter

Un week-end sur la route

Donald Trump est en Floride ce week-end, à sa luxueuse résidence du complexe balnéaire Mar-a-Lago, à Palm Beach.

Il doit participer à un rassemblement partisan samedi. L’événement se tiendra dans un hangar aéroportuaire de Melbourne, dans le centre de la Floride.

Les grands rassemblements ont été une des marques de commerce de sa campagne présidentielle. Donald Trump a continué de participer à de plus petits rassemblements pendant la phase initiale de la transition avec l’administration de Barack Obama.

Il avait qualifié ces rassemblements de tournée de « remerciements » destinée à ses partisans.

Il a passé la journée de vendredi sur la route, en Caroline du Sud, où il a visité une usine du géant de l’aéronautique Boeing.

Le président espérait ainsi détourner l’attention de ce qui se passe à la Maison-Blanche en prononçant un discours empreint d’espoir - comme ceux qui l'ont mené à la victoire - adressé aux travailleurs américains.

« Nous aimons nos travailleurs et nous les protégerons. Nous allons nous battre pour nos emplois. Nous allons nous battre pour nos familles. »

— Une citation de  Donald Trump, dans son discours prononcé à l'usine Boeing en Caroline du Sud

Le président a ensuite visité un Dreamliner en construction. Avant de partir en direction de la Floride, il a pu s’installer dans le siège du pilote d’un appareil complètement peint dans des teintes rappelant le bleu de son discours.

Environ 5000 employés et des invités dans le hangar se sont alors mis à scander les mots « États-Unis » de manière répétée.

« Le nom [de l’appareil] dit tout. Dreamliner, grand nom. Notre pays est sur le point de faire que les rêves deviennent réalité », a-t-il ajouté.

Le président est accompagné en Floride de sa fille, Ivanka Trump, et du mari de celle-ci, le conseiller principal Jared Kushner, du chef du personnel de la Maison-Blanche, Reince Priebus, et du conseiller stratégique Steve Bannon.

Donald Trump, président des États-Unis 
Avec les informations de Associated Press, et AFP

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !