•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Université du Nouveau-Brunswick répond à des gazouillis d’étudiants furieux par un mème

L'Université du Nouveau-Brunswick a répondu à des étudiants furieux sur les médias sociaux à l'aide d'un mème.

L'Université du Nouveau-Brunswick a répondu à des étudiants furieux sur les médias sociaux à l'aide d'un mème.

Photo : Twitter/Pixar

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Université du Nouveau-Brunswick essuie des critiques après avoir répondu à des étudiants furieux sur Twitter avec le mème d'une fillette en crise de larmes. Certains étudiants critiquaient l'établissement pour être resté ouvert malgré la tempête jeudi.

La réponse de l’institution est venue après qu’une dame se dise déçue sur Twitter que le campus de Fredericton du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick soit fermé alors que deux universités restaient ouvertes.

L’Université du Nouveau-Brunswick n’a offert en guise de réponse qu’un mème, soit une petite vidéo, où on voit une fillette faire une crise de larmes. C’est en fait une scène du film Monstres et Cie.

De vives critiques sur les réseaux sociaux

Plusieurs internautes se sont empressés de répondre de façon virulente à l’université.

L’un d’entre eux espère notamment que l’Université du Nouveau-Brunswick repense à sa réponse « advenant qu’un étudiant fasse une sortie de route en tentant de se rendre en classe » et trouve cette réponse non professionnelle.

Certains autres ont souligné la décision risquée de garder l’établissement ouvert. Une internaute a notamment fait remarquer que le fait de ne pas annuler les cours alors que les routes étaient difficilement praticables pouvait culpabiliser certains étudiants de ne pas se rendre en classe.

« Utiliser un GIF animé d’un enfant en crise n’est pas une réponse appropriée pour un étudiant qui a une question légitime », a envoyé une internaute sur Twitter.

Beaucoup de réponses à gérer

L’université s’est contentée de dire qu’il était parfois ardu pour l’équipe de gestion des médias sociaux de gérer tous les commentaires et questions que les étudiants génèrent sur internet.

« Nous essayons de garder le ton de réponse et de conversation léger sur nos comptes, même quand les échanges sont difficiles », a affirmé l’université par courriel.

Certains étudiants reconnaissent toutefois que le message n’était peut-être pas mal intentionné et que plusieurs l’ont pris en riant.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...