•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hearst propose d’offrir des services Internet, de téléphonie et de câblodistribution

La municipalité propose de créer une Corporation de télécommunications municipales de fibre optique comme il en existe dans d'autres villes.

La municipalité propose de créer une Corporation de télécommunications municipales de fibre optique comme il en existe dans d'autres villes.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville de Hearst prend les grands moyens pour offrir à ses citoyens un meilleur service Internet haute vitesse, ainsi que des services de téléphonie et de télévision numériques. La municipalité propose de créer une Corporation de télécommunications municipales de fibre optique comme il en existe dans d'autres villes.

Un texte de Francis Bouchard

Le projet évalué à près de 3 M$ a été proposé par la Corporation de distribution de Hearst pour répondre aux besoins des citoyens, des institutions et des entreprises de la communauté. Une analyse de rentabilité indique qu’à Hearst, la plupart des résidences sont limitées à une vitesse Internet de trois mégabits par seconde. On y indique que le projet permettrait d’offrir un service Internet jusqu’à 10 fois plus rapide.

« En plus d'avoir un service qui est plus rapide, tu aurais un service local et des prix qui sont meilleurs que ceux qui sont présentement offerts à Hearst », explique Jessy Richard, directeur général de la Corporation de distribution électrique de Hearst.

Le service pourrait aussi être offert éventuellement à des résidents à l’extérieur des limites de la ville. La municipalité de Mattice-Val Côté a aussi démontré de l’intérêt.

L’Université de Hearst a indiqué qu’elle appuie le projet. Présentement, l’institution doit débourser des sommes importantes pour un service Internet haute vitesse.

À Kapuskasing et à Timmins, on paye environ 250$ par mois pour 100 mégabits/s tandis qu'à Hearst, on paye plus de 1200 $pour 50 mégabits.

Marcel Rhéaume, technicien à l’Université de Hearst

Le maire de Hearst, Roger Sigouin, affirme que le projet permettra d’accroître les possibilités en développement économique. « Ça peut nous aider à apporter d'autres entreprises chez nous », indique-t-il.

Le maire souligne aussi que cette corporation serait une source de revenus additionnels pour la municipalité. La corporation de télécommunications Hearst Wi-Fibe permettrait aussi d’embaucher quatre employés à temps plein.

Avant d’aller de l’avant, la Ville de Hearst doit tenir une consultation publique pour obtenir les commentaires de la population sur le projet. Elle aura lieu mardi prochain, 21 février.

Après l’incorporation, des demandes de financement seront soumises aux deux ordres de gouvernement. La municipalité espère réaliser le projet au cours de l’année.

Des villes comme Cochrane et Sudbury ont aussi des corporations de ce genre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !