•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pétition en faveur des animaux de compagnie dans les logements de location

Selon Jordan Reichert, les animaux de compagnie devraient être acceptés dans les logements d’habitation à location en Colombie-Britannique.

Selon Jordan Reichert, les animaux de compagnie devraient être acceptés dans les logements d’habitation à location en Colombie-Britannique.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des militants de la ville de Victoria font actuellement circuler une pétition pour que les animaux de compagnie soient acceptés dans les logements de location. Ils espèrent être ainsi à l'origine d'une nouvelle législation provinciale à ce sujet.

Jordan Reichert, ainsi que d’autres membres de l'Animal Protection Party Canada, a commencé à faire circuler une pétition pour rendre invalides les clauses concernant l’interdiction de vivre avec un animal domestique dans les contrats de location de la Colombie-Britannique.

Tous demandent par ailleurs au Conseil municipal de Victoria de soutenir leur action en envoyant des lettres au ministre provincial responsable du logement. « La législation actuelle est discriminatoire à l’encontre des locataires qui possèdent des animaux, lesquels tentent de trouver un logement abordable dans un marché qui n’est malheureusement pas favorable », explique Jordan Reichert.

Pour soutenir sa demande, il prend l’exemple de la province de l’Ontario où, la plupart du temps, les propriétaires ne peuvent pas interdire à leurs locataires de vivre avec un animal de compagnie.

Il ajoute que cette régulation est également à l’origine de difficultés pour la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de la Colombie-Britannique, qui reçoit chaque année quelque 1500 animaux abandonnés pour cette raison.

Une idée qui ne fait pas l’unanimité

Kaye Melliship, directrice de la Société de logement du Grand Victoria (Greater Victoria Housing Society), indique quant à elle qu’une telle réglementation serait difficile à appliquer par son organisation à but non lucratif.

En effet, les frais encourus pour réparer les dommages que les animaux de compagnie peuvent occasionner seraient trop élevés. « Tous les animaux domestiques ne sont pas disciplinés, et tous leurs maîtres ne sont pas forcément responsables non plus », confie-t-elle.

M. Reichert réfute cet argument avant de rappeler que les locataires qui vivent avec leurs animaux ont tendance à rester plus longtemps dans leur logement.

Interrogé sur la question, le ministère responsable du logement indique ne pas envisager de modifier la législation actuelle.

La pétition de Jordan Reichert se trouve à la boutique Godfrey's Luggage & Leather, à Victoria.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !