•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brian Thomas, un sans-abri condamné à de multiples reprises

ruban jaune de la police entoure un autobus de la Winnipeg Transit

Brian Kyle Thomas est accusé d'avoir assassiné un chauffeur d'autobus de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Meghan Ketcheson

Radio-Canada

Au lendemain de l'arrestation de Brian Kyle Thomas, accusé du meurtre d'un chauffeur d'autobus à Winnipeg, des détails commencent à apparaître permettant de dresser un premier portrait du suspect. Il s'agit d'un sans-abri ayant déjà eu affaire avec la justice.

Âgé de 22 ans, Brian Kyle Thomas a grandi au sein de la Première Nation Shamattawa, dans le nord du Manitoba. « Je l’ai vu brièvement ici », se rappelle le chef de la Première Nation, Jeff Napoakesik, qui décrit son enfance comme « très difficile ».

Brian Kyle Thomas est né en juin 1994 avec un trouble du spectre de l'alcoolisation foetale et a été rapidement placé en maison d’accueil selon son avocat, Theodore Mariash. « Sa mère buvait constamment de l’alcool pendant sa grossesse », avait-il expliqué lors d’une audience devant un tribunal en novembre dernier.

« Quand nous avons su que c’était lui qui était impliqué dans le meurtre du chauffeur de bus, cela nous a fait un choc », confie Jeff Napoakesik. Il ajoute que le jeune homme a de la famille à Winnipeg et Shamattawa.

Un casier judiciaire chargé

En plus d’avoir été placé dans plus de 70 familles d’accueil, le jeune homme luttait contre une dépendance aux drogues et a effectué de multiples séjours en prison pour des crimes violents. Sa première condamnation est survenue à peine deux mois après qu’il eût fêté ses 18 ans.

La plupart de ses condamnations sont pour des affaires relatives à la possession d’armes, la profération de menaces, des agressions ou encore des vols.« Je l’ai vu il y a quelques semaines, et il sortait tout juste de prison il me semble », ajoute Jeff Napoakesik.

Il était sans-abri. Il n’avait aucun lieu où rester à Winnipeg ou même ici, à Shamattawa.

Jeff Napoakesik, chef de la Première Nation Shamattawa

Jeff Napoakesik ajoute que lors de sa dernière rencontre, il lui a acheté de la nourriture et de nouvelles chaussures parce qu’il en avait « désespérément » besoin.

Reste que le conseil de bande de Shamattawa et le chef lui-même ont tenté à plusieurs reprises de convaincre Brian Kyle Thomas de retourner à Shamattawa, sans succès.

« On aurait aimé pouvoir faire plus pour lui », conclut Jeff Napoakesik.

Avec les informations de CBC

Manitoba

Crimes et délits