•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de réfrigérateurs usagés à Sherbrooke

Un réfrigérateur usagé
Un réfrigérateur usagé Photo: Radio-Canada / ICI Estrie/Carl Marchand

La recherche d'un bon vieux frigo pas cher se complique à Sherbrooke. Des organismes d'aide aux plus démunis peinent à répondre à la demande.

Un texte de Carl Marchand


Des réfrigérateurs dans les locaux d'Estrie Aide à SherbrookeDes réfrigérateurs Photo : Radio-Canada / ICI Estrie/Carl Marchand

Chez Estrie Aide, rue Wellington Sud, il n’y a souvent qu'une poignée d'appareils disponibles chaque semaine. Aussitôt sur le plancher, aussitôt vendus.

« Il n'y a pas une journée où on n'a pas de demande. Quand je suis arrivé ici il y a quatre ans, on avait des frigos tout le temps », se désole le directeur général, Claude Belleau.

Claude Belleau, directeur général d'Estrie Aide, en train de répondre à un message sur son téléphoneClaude Belleau, directeur général d'Estrie Aide Photo : Radio-Canada / ICI Estrie/Carl Marchand

Les frigos sont extrêmement difficiles à trouver. On est chanceux, on est de plus en plus connus. Les gens qui pensent à s’en départir vont nous appeler, mais c’est rare. Les cuisinières, on en a plus. Les laveuses et les sécheuses, ça dépend des semaines.

Claude Belleau, directeur général, Estrie Aide

Même son de cloche à l’Armée du Salut à quelques pas en amont sur la Wellington Sud.

« C'est un vrai problème. La demande pour les appareils usagés grandit de jour en jour. On accueille plusieurs immigrés à Sherbrooke », illustre le lieutenant Claude Dagenais.

Le lieutenant Claude Dagenais, responsable de l'Armée du Salut à Sherbrooke, en train de parler au téléphoneLe lieutenant Claude Dagenais, responsable de l'Armée du Salut à Sherbrooke Photo : Radio-Canada / ICI Estrie/Carl Marchand

Un peu à la blague, Claude Belleau lance que c’est le gouvernement qui a en partie généré le problème. Avec les programmes de remises d’Hydro-Québec, près de 460 000 frigos ont été retirés de la circulation entre 2008 et 2014 pour des objectifs d’économie énergétique.

Le problème : ces vieux réfrigérateurs se sont retrouvés à la casse et non pas sur le marché de la revente. Acheter des frigos plus écoénergétiques, Claude Belleau d’Estrie Aide n’a rien contre.

« Sauf qu’il y a l’économie sociale au milieu qui est toujours oubliée. Est-ce qu’on peut laisser une marge pour que nous puissions récupérer ça? »

Claude Belleau, directeur général d'Estrie Aide, en train de faire essayer une paire de patins à glace à une clienteClaude Belleau, directeur général d'Estrie Aide Photo : Radio-Canada / ICI Estrie/Carl Marchand

Est-ce qu’il n’y a pas derrière tout ça un petit du peu du lobby des producteurs de frigos qui préfèrent que vous jetiez les vieux appareils et que vous en achetiez des neufs?

Claude Belleau, directeur général, Estrie Aide

Un secteur délaissé par les commerçants

Des frigos usagés, la chaîne des Spécialistes de l’électroménager a arrêté d’en reconditionner à l'automne 2016. Le créneau n'était plus rentable et la demande du marché a changé.

« Maintenant, on peut acheter un appareil neuf pour moins de 600 dollars. Ça ne valait plus la peine pour nous », indique le directeur général de la chaîne, Robert Dubé.

Les options de financement sur plusieurs années finissent de convaincre les clients qui lorgnait du côté de la seconde main, poursuit le directeur général. À 600 dollars, votre appareil n’aura pas de revêtement en acier galvanisé, mais il remplira sa mission.

Robert Dubé, directeur général des Spécialistes de l'électroménagers, devant une rangée de réfrigérateursRobert Dubé, directeur général des Spécialistes de l'électroménagers Photo : Radio-Canada / ICI Estrie/Carl Marchand

Avant, les clients investissaient en réparation. Aujourd'hui, c'est fini. Si les réparations dépassent 150 à 200 dollars, c'est terminé. C'est certain que la durée de vie des appareils paraît moins longue.

Robert Dubé, directeur général des Spécialistes de l'électroménagers

Les organismes d'aide aimeraient bien mettre la main sur les appareils que récupèrent les magasins d'électroménagers lors de livraisons chez les clients. Une mine d'or auquel ils n'ont malheureusement pas accès.

Le noeud gordien est plus difficile à dénouer qu'on pourrait le croire, notamment en raison des gaz que contiennent les appareils de réfrigération.

« On a une responsabilité de s'assurer qu'ils soient recyclés de façon conforme. On ne peut pas les remettre en service à moins de les réparer et les revendre nous-mêmes », explique M. Dubé.

Des réfrigérateurs neufsDes réfrigérateurs neufs Photo : Radio-Canada / ICI Estrie/Carl Marchand

Solution possible

La clientèle à faible revenu n'a pas accès au crédit pour s'acheter un frigo neuf, reconnaît Robert Dubé. « On est en pourparlers avec l'Armée du Salut pour trouver une solution », affirme-t-il.

« On essaie de mettre en place une formule pour prêter des appareils usagés le temps que les clients économisent assez pour en acheter un neuf », ajoute Claude Dagenais.

Entretemps, tant à l'Armée du Salut qu'à Estrie Aide, on lance un appel à l'aide : si vous souhaitez vous départir d'un frigo, qu'il soit fonctionnel ou non, on se chargera d'aller le cueillir sans même vous demander de lever le petit doigt.

« On va aller les chercher sans frais chez les gens qui veulent s'en départir. On va sûrement les réutiliser. S'ils ne le sont pas, on va s'en débarasser de façon intelligente », assure Claude Belleau.

NDLR : Depuis la rédaction de cet article, Estrie Aide a amorcé des pourparlers avec un recycleur d'appareils électroménagers pour l'acquisition de 40 réfrigérateurs usagés. L'organisme espère que cet approvisionnement puisse se maintenir dans le futur.

Estrie

Consommation