•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Racisme : des artistes et des journalistes dénoncent les Grammy

Beyoncé lors de sa performance aux Grammy

Beyoncé lors de sa performance aux Grammy

Photo : AP / Matt Sayles

Radio-Canada

La victoire d'Adele sur Beyoncé pour le Grammy de l'album de l'année, dimanche, fait couler beaucoup d'encre. Certains artistes se sont prononcés et parlent ouvertement de racisme.

Au début de l’année 2016, l’Académie des Oscars avait été fortement critiquée pour l’absence d’acteurs noirs dans les catégories d’interprétation, donnant naissance sur les réseaux sociaux au mot-clé #OscarsSoWhite (Oscars si blancs) et à un appel au boycottage. L’histoire se répète un an plus tard avec cette fois #GrammysSoWhite, utilisé par les (nombreuses) personnes mécontentes du choix de l’album 25 d’Adele dans la prestigieuse catégorie de l'album de l'année.

Lemonade de Beyoncé a-t-il été la victime artistique du racisme aux États-Unis? Le chanteur américain Sufjan Stevens abonde dans ce sens. Sur son site Internet, il s’en est pris lundi soir à la catégorie de l'album de musique urbaine contemporaine, créée en 2013 par l'Académie nationale des arts et des sciences – responsable des Grammy – et dans laquelle Beyoncé a remporté les honneurs dimanche.

« Question : qu’est-ce que ça veut dire "urbaine contemporaine"? Réponse : c’est là où l’homme blanc met l’incomparable femme noire enceinte parce qu’il se sent trop menacé par son talent, son pouvoir, sa persuasion et son potentiel », a écrit Sufjan Stevens en faisant explicitement référence à Beyoncé (qui attend des jumeaux), avant d’ajouter : « Rappel amical : ne soyez pas raciste. »

La sœur de Beyoncé s’énerve

Quelques instants plus tard, la chanteuse St. Vincent a mentionné sur Twitter être d’accord avec « ce que Sufjan a dit ». Mais c’est surtout la propre sœur de Beyoncé, Solange Knowles, qui a fait une sortie remarquée, lundi, sur Twitter : « Il y a eu seulement deux gagnants noirs ces 20 dernières années pour l’album de l’année. Plus de 200 artistes noirs ont offert une performance. [...] Créez vos propres comités, construisez vos propres institutions, récompensez vos amis, récompensez-vous vous-même », a -t-elle ajouté. Les deux messages ont été effacés depuis.

Du côté des médias, le ton est parfois tout aussi acerbe. « Que Beyoncé n’ait pas gagné l’album de l’année est inexcusable en soi. Que seulement 10 artistes noirs aient gagné dans cette catégorie est dingue – aussi dingue que la cérémonie de dimanche a été pénible », s’est exclamé Kevin Fallon, qui écrit pour le site d’information américain The Daily Beast.

Le journaliste a d’ailleurs salué Adele qui, lors de son discours de remerciement sur scène, a encensé Beyoncé et son album. « C’était un bel hommage, digne, rendu à Beyoncé et à l'impact qu’elle a eu sur nous l’année dernière, mais il est incroyablement pathétique pour les Grammy que ce soit Adele qui a dû le faire », a affirmé Kevin Fallon.

Adele aux 59es GrammyAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Adele aux 59es Grammy

Photo : Getty Images / Kevork Djansezian

Un album « trop noir » pour les votants?

La journaliste de Forbes Melinda Newman s’est pour sa part demandé, juste après la cérémonie, si Lemonade n’était finalement pas « trop noir » pour satisfaire les votants des Grammy (13 000 professionnels), tout en rappelant que Beyoncé avait créé la polémique avec le premier extrait de l'opus, Formation, chanson où elle exprime sa fierté de ses racines afro-américaines. Le clip, tourné à La Nouvelle-Orléans, évoque la tragédie provoquée par l’ouragan Katrina et les bavures policières contre la communauté noire.

« L’album a été vu comme polarisant […] et a peut-être rebuté certains des votants dans la catégorie de l'album de l’année. Par ailleurs – et c’est un commentaire triste à faire –, Lemonade parle de la vie d’un point de vue d’une personne noire et peut-être que beaucoup des votants aux Grammy ne se sont pas reconnus là-dedans, malgré l’excellence du contenu », estime Melinda Newman. Une manière de donner raison aux partisans du #GrammysSoWhite.

Avant même la polémique autour de la défaite de Lemonade, la cérémonie de cette année a été marquée par l’absence de certaines stars, dont Frank Ocean. L’artiste hip-hop avait choisi de ne pas présenter son dernier album Blonde, encensé par la critique, comme candidat pour d’éventuelles nominations. Dans une lettre publiée sur son compte Tumblr, dimanche avant la cérémonie, Frank Ocean s’est adressé directement aux producteurs des Grammy. « Si ça vous tente de discuter des préjugés culturels et des dommages nerveux dont le spectacle que vous produisez souffre, je suis partant », leur proposait-il.

Kanye West, Drake et Justin Bieber avaient préféré eux aussi ne pas assister à la soirée. « De plus en plus d’artistes vont boycotter et s’éloigner » des Grammy, a prédit l’animatrice radio et spécialiste de R'n'B Laura Stylez, interrogée lundi par le New York Times après la cérémonie.

Une polémique pas nouvelle

Si les réactions après la victoire d’Adele sont si vives, c’est sans doute aussi parce que le choix de l’album de l’année a été critiqué depuis plusieurs années pour les mêmes raisons. Dans sa lettre aux producteurs des Grammy, Frank Ocean s’en prend d’ailleurs au résultat de 2016, où le travail de la jeune vedette pop Taylor Swift avait été préféré à celui du rappeur noir Kendrick Lamar. « 1989 sacré album de l’année plutôt que To Pimp a Butterfly a été sans conteste l’un des moments télé les plus viciés que j’ai vus », a déploré Ocean.

Ce dernier avait été lui-même considéré comme une victime des Grammy, en 2013, lorsque son album Channel Orange avait dû s’incliner face à Babel du groupe folk Mumford & Sons. D’autres critiques avaient vu le jour en 2014, quand Random Access Memories de Daft Punk l’avait emporté sur Good Kid, m.A.A.d City de Kendrick Lamar, puis, en 2015, lorsque Morning Phase de Beck avait pris le dessus sur l’album éponyme d’une certaine… Beyoncé.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Musique

Arts