•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alexandre Cloutier et Mireille Jean veulent maintenir l’école autochtone à Saguenay

Les enfants sont assis en cercle sur un tapis aux couleurs et aux symboles amérindiens.

La classe de maternelle

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Radio-Canada

Les députés de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, et de Chicoutimi, Mireille Jean, somment le gouvernement provincial de rétablir le financement de la seule école autochtone hors réserve au Québec.

Un texte de Catherine Paradis

La Commission scolaire des Rives-du-Saguenay a décidé, en janvier dernier, de sonner le glas du projet Tshuieten, à moins d’un financement gouvernemental récurrent.

Dans un communiqué, Alexandre Cloutier, aussi porte-parole en matière d’éducation et d’affaires autochtones pour le Parti québécois, demande au ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Sébastien Proulx, de continuer à financer l’école primaire particulière.

« On ne peut pas se permettre d’abandonner ces enfants-là, leurs parents, ni cette expérience au potentiel extraordinaire qui crée des liens entre nos communautés », écrit M. Cloutier.

Il ajoute que dans la foulée de consultations publiques tenues en novembre, l’importance de favoriser l’intégration des Autochtones dès la petite enfance devrait être une priorité.

Les libéraux agissent en totale contradiction avec l’esprit des consultations qu’ils ont eux-mêmes organisées, alors que le taux de décrochage est particulièrement élevé chez les jeunes Autochtones.

Alexandre Cloutier et Mireille Jean, députés

Rencontre imminente

À la suite d’une lettre du chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec-Labrador, le ministre Sébastien Proulx a demandé aux quatre partenaires du projet Tshiueten de se rencontrer pour « trouver des solutions ».

Des représentants de son ministère, du Conseil en éducation des Premières Nations, de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay et du Centre d’amitié autochtone du Saguenay doivent se réunir sous peu à ce sujet.

Si aucune entente n’intervient, les 20 élèves de la maternelle à la deuxième année qui fréquentent l’école autochtone devront réintégrer un établissement régulier en septembre prochain.

Saguenay–Lac-St-Jean

Autochtones