•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ressource dédiée au soutien des musulmans de Québec

Des citoyens expriment leur solidarité après l'attentat de Québec.

Des citoyens expriment leur solidarité après l'attentat de Québec.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Deux semaines après l'attentat qui a fait six morts au Centre culturel islamique de Québec, le gouvernement provincial débloque une enveloppe de 50 000 $ pour venir en aide directement aux endeuillés. L'argent servira à l'embauche d'une personne dont l'emploi du temps sera entièrement consacré au soutien de la communauté musulmane.

Le Soleil révélait samedi matin que cette somme serait envoyée au cours des prochains jours au Centre multiethnique de Québec, auquel l’employé sera rattaché pendant une année.

« Ça s'est fait suite à une discussion avec la communauté de confession musulmane qui a été touchée par les événements [du 29 janvier] », indique le ministre responsable de la Capitale-Nationale, François Blais.

« On leur a proposé cette personne-là et ils ont accepté d'emblée parce qu'ils ont besoin d'aide pour aller chercher l'ensemble des ressources qui existent », explique-t-il.

Le rôle principal du nouvel employé sera de conseiller les familles éplorées par le drame afin de les rediriger vers les bonnes ressources et les accompagner dans leur processus de guérison.

Je vous rappelle qu'il y a 17 enfants qui sont aujourd'hui orphelins de père, des veuves, beaucoup de personnes touchées par les événements qui ont besoin maintenant d'aller chercher des ressources […] se remettre en marche.

François Blais, ministre responsable de la Capitale-Nationale
Le ministre responsable de la Capitale-Nationale, François BlaisAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre responsable de la Capitale-Nationale, François Blais

Photo : Radio-Canada

Selon le ministre, il est souvent difficile de s’y retrouver pour les personnes qui sont peu familières avec les organismes communautaires et les institutions, d’où l’utilité de ce nouvel employé.

« On va demander aussi à cette personne [...] d'organiser des activités de rapprochement parce qu'on s'est rendu compte, ces derniers jours, qu'on les connaissait peu (les membres de la communauté musulmane) », ajoute François Blais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !