•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des manifestants en Atlantique réclament une réforme électorale

Des manifestants

La manifestation à Fredericton rassemble une cinquantaine de personnes devant l'hôtel de ville.

Photo : Radio-Canada / Héloïse Bargain

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des gens ont manifesté, samedi, à divers endroits dans les provinces de l'Atlantique, pour dénoncer la décision du gouvernement fédéral d'abandonner la réforme du système électoral national.

À Fredericton, au Nouveau-Brunswick, malgré le froid, plus d'une cinquantaine de personnes ont manifesté devant l'hôtel de ville. L'abandon de la réforme du mode de scrutin a du mal à passer.

« C'était une des raisons qui font que j'ai voté de la manière dont j'ai voté, et je suis vraiment déçu qu'ils n’aient pas tenu leurs promesses », affirme Chad Comeau, un manifestant.

« Il y avait un consensus énorme, et là, tout d'un coup, Justin Trudeau dit non, finalement, on ne va pas le faire. Pour des raisons complètement bidon. Moi, je vois ça comme une trahison », déclare Simon Ouellette, un manifestant membre du groupe Fair Vote Fredericton.

« J’étais très surpris parce que c'était l'un des leaders de parti qui en avait le plus parlé », ajoute Benoît LeBlanc, un manifestant.

Durant la campagne électorale, les libéraux de Justin Trudeau avaient promis que le scrutin de 2015 serait le dernier avec un mode uninominal à un tour. Des manifestants estiment qu’il a fait cette promesse pour être élu.

« Ça lui a permis de gagner le vote des jeunes », lance Benoît LeBlanc.

« Pour se faire réélire et pour nous faire taire. Juste pour nous faire croire qu'il allait changer quelque chose qu'il n'avait pas l'intention de changer. C'est ça, mon avis », souligne Louise Melanson, une manifestante.

« S’il veut s'assurer le pouvoir, pourquoi il mettrait en place un système où il faudrait peut-être avoir un gouvernement de coalition et où il faudrait peut-être commencer à travailler avec les autres partis? », se demande Simon Ouellette.

Durant son passage à Yellowknife, vendredi, M. Trudeau a expliqué qu'il craignait qu’une réforme du système uninominal majoritaire à un tour ne favorise la discorde et l'instabilité. Il a fait entendre qu’une réforme pourrait mener des partis qui représentent des voix marginales à détenir la balance du pouvoir aux Communes.

Même si le gouvernement soutient ne pas avoir trouvé de consensus au sein de la population, ce n'est pas ce que les manifestants disent avoir vu des consultations publiques

« Les Canadiens veulent un mode de représentation proportionnelle et les Canadiens espèrent que les prochaines élections se tiendront avec ce système-là », affirme Andrew MacLean, président du groupe Fair Vote Fredericton.

Depuis que Justin Trudeau a fait volte-face, une pétition circule de plus en plus sur internet pour demander au gouvernement de revenir sur sa décision. Près de 105 000 signatures ont été recueillies pour l'instant, dont plus de 1500 au Nouveau-Brunswick. La pétition devrait être déposée à la Chambre des communes le mois prochain.

Des manifestations de ce genre ont aussi été organisées à Halifax, Charlottetown, Summerside, Wolfville et Saint-Jean à Terre-Neuve, entre autres, dans le cadre d’une journée nationale de mobilisation pour la réforme électorale.

D’après le reportage d’Héloïse Bargain

Avec les informations de La Presse canadienne, et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !