•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La compagnie forestière autochtone MKWA à Pic River souffle sa première bougie

Du bois d'oeuvre

Du bois d'oeuvre

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La compagnie forestière MKWA de la Première Nation de Pic River, sur la rive nord du lac Supérieur près de Marathon, est toujours en période de rodage, un an après sa création.

La communauté compte sur sa nouvelle entreprise pour assurer un avenir économique à ses membres. Pic River travaille avec les entreprises locales.

La compagnie forestière MKWA fournit du travail à une vingtaine de personnes à Pic River. Le directeur général, Joe Moses, dit que l'entreprise cherche toujours à atteindre ses objectifs fixés il y a un an.

Pour l'instant, nous nous concentrons sur les meilleures méthodes de récolte des arbres selon les normes environnementales et nos valeurs ancestrales.

Une citation de : Joe Moses, directeur général, MKWA

M. Moses veut établir des bases solides avant de penser à une expansion comme la création d'une petite scierie dans la réserve.

Nous travaillons de concert avec les intervenants du milieu comme la scierie White River Forest Products pour diversifier les produits et les marchés.

Une citation de : Joe Moses, directeur général, MKWA

Pic River a tenté une première expérience, dans la coupe forestière, en 1982.

L'entreprise a généré d'importants revenus, mais elle a mis fin à ses activités en 2008 à la suite de la crise qui a secoué les scieries et les usines de pâtes et papiers.

Joe Moses croit que le secteur forestier sera épargné par une autre crise, même avec l'arrivée d'un nouveau gouvernement à Washington.

D'après le reportage de Claude Gagnon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !