•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bois d’oeuvre : des maires québécois reviennent satisfaits d’Ottawa

Des billots de bois et une machinerie forestière.

Des billots de bois et une machinerie forestière.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une délégation de maires de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) dresse un bilan positif de ses rencontres sur la colline du Parlement à propos du bois d'oeuvre.

Un texte de Vicky Boutin

Une dizaine de maires directement concernés par l’industrie forestière faisaient partie de cette délégation de l’UMQ.

En conférence de presse, mercredi, ils ont mentionné avoir rencontré des élus et des représentants de tous les partis politiques, de même que le ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne. Le groupe n’a pu rencontrer le premier ministre Justin Trudeau, mais s’est entretenu avec ses représentants.

La délégation est satisfaite même si elle n’a obtenu aucun engagement concret.

Le maire de Saint-Félicien, Gilles PotvinAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin.

Photo : Radio-Canada

Les maires souhaitaient convaincre les élus que le Québec doit échapper à d'éventuels droits compensatoires des États-Unis et obtenir des garanties de prêts pour les entreprises si jamais des droits compensatoires sont imposés ce printemps.

Le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin, croit que la délégation a réussi à transmettre son message. « On pense que l’industrie peut faire le virage, peut réaliser l’adaptation que commande la conjoncture, mais on a besoin d’une assistance, d’un temps, pour faire ce virage », explique M. Potvin.

On est venu, on va revenir et on va maintenir la pression.

Gilles Potvin, maire de Saint-Félicien

Environ 200 000 emplois relèvent de l’industrie forestière au Canada, dont 60 000 au Québec.

Réactions politiques

Dans l'opposition, le député conservateur Denis Lebel et la néodémocrate Karine Trudel reprochent au gouvernement de ne pas avoir réglé ce dossier avec l'ancien président des États-Unis, Barack Obama.

« Ils sont obligés d'importer du bois pour satisfaire à la demande pour construire les maisons et les rénovations. Il faut que le gouvernement actuel fasse valoir cet angle-là au gouvernement de M. Trump », soutient M. Lebel.

« On voit qu'il a échoué dans les négociations avec les Américains. On pose plusieurs questions à la Chambre des communes, on n'a jamais un son de cloche précis », déplore Karine Trudel.

Du côté libéral, le député de Chicoutimi, Denis Lemieux, a participé à la rencontre avec les maires.

« On négocie avec les Américains, mais ce qu'on veut, c'est une entente, une bonne entente pour l'industrie forestière canadienne. »

Il ajoute qu'il fait confiance à la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !