•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grogne entourant l'affichage d'une publicité à l'UQTR

Chargement de l’image

Le directeur du Café Frida Gabriel Lefebvre présente l'affiche qui a été refusée

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le directeur du Café Frida à Trois-Rivières, Gabriel Lefebvre, dénonce la concurrence entre l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) et les plus petites salles de spectacles.

Un texte de Michel Saba

Dans un message publié sur Facebook, il affirme qu'on lui a interdit de poser des affiches qui font la promotion d'un spectacle qui aura lieu la semaine prochaine dans son café du centre-ville.

La raison invoquée? Son commerce fait concurrence à la Chasse-Galerie, le bar de l'Université.

Une université hermétique?

Selon lui, empêcher la diffusion d'un message portant sur un événement culturel est « anti-pédagogique et anti-intellectuel [...] d'autant plus qu'on parle d'un conflit purement mercantile ».

« Les étudiants [ne devraient pas] être confinés aux activités se déroulant à l'intérieur des quatre murs de l'UQTR et à la Chasse-Galerie. »

— Une citation de  Gabriel Lefebvre, directeur du Café Frida

Gabriel Lefebvre remarque que « plusieurs lieux de diffusion [...] tentent de faire le pont entre le campus de l'UQTR et le centre-ville avec très peu de résultats. »

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Alex Marchand, président, Association générale des étudiants de l'UQTR

Photo : Radio-Canada

Une question de « survie »

C'est l'association étudiante qui se charge de réglementer l'affichage sur l'ensemble du campus.

Son président, Alex Marchand, confirme que la politique interne interdit « aux compétiteurs d'afficher sur le campus » pour favoriser le resto-bar de l'Université.

« La Chasse-Galerie se doit d'avoir une certaine priorité pour être capable de survivre. »

— Une citation de  Alex Marchand, président, Association générale des étudiants de l'UQTR

L'association étudiante n'hésiterait pas à interdire l'affichage à d'autres cafés et bars du centre-ville qui tiendraient des événements culturels.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les règles sur l'affichage de l'Association générale étudiante de l'UQTR.

Photo : Radio-Canada

Bars ou établissements culturels?

Le directeur du Café Frida est révolté qu'on l'empêche d'afficher « un message qui est purement culturel dans une université [...], surtout sur la base commerciale d'un conflit d'intérêts entre deux bars qui pourraient se nuire », déclare-t-il en entrevue.

« Je ne vois pas pourquoi on devrait approcher l'aspect compétitif des deux établissements alors que l'université devrait être un milieu d'apprentissage où on devrait pouvoir diffuser de la culture. »

— Une citation de  Gabriel Lefebvre, directeur du Café Frida

Il affirme que son commerce est moins profitable les soirs où il présente des activités culturelles. « C'est loin d'être notre vache à lait. On le fait pour nourrir une culture. C'est presque rendu un service aux citoyens et à notre clientèle. On est plus profitables en étant seulement ouvert, en n'ayant pas de spectacles. Si personne ne le fait, qui va le faire? », demande-t-il.

Le Café Frida souhaite que l'association étudiante révise sa politique.

Avec les informations Anne-Andrée Daneau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !