•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Restauration inespérée d'enregistrements de concerts de Bob Marley des années 70

Bob Marley en concert à la fin des années 70

Bob Marley en concert à la fin des années 70

Photo : Getty Images / Express Newspapers

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Oubliées pendant 40 ans, 13 bandes d'enregistrement de Bob Marley ont fait l'objet d'une restauration quasi miraculeuse.

Ce trésor musical était enfoui depuis des décennies dans le sous-sol d'un hôtel modeste du nord de Londres, où Bob Marley and the Wailers séjournaient lors de leurs tournées européennes dans les années 70.

Connus sous le nom de « Lost Masters » (bandes maîtresses perdues) par les admirateurs de Bob Marley, les enregistrements, découverts il y a 12 mois, étaient gravement endommagés par l'humidité.

Alors qu'on craignait ne jamais pouvoir entendre le résultat de ces enregistrements, les bandes ont été confiées à un spécialiste, qui a entrepris leur fastidieuse restauration. Celui-ci les a nettoyées à la main, centimètre par centimètre.

No Woman No Cry, Jamming, I Shot the Sheriff...

Ces bandes renferment la captation de plusieurs concerts que Marley a donnés à Paris et à Londres entre 1974 et 1978. On peut notamment y entendre les pièces No Woman No Cry, Jamming, Exodus et I Shot the Sheriff.

Bob Marley à Londres en juin 1977
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Bob Marley à Londres en juin 1977

Photo : Getty Images / Evening Standard

Les spectacles au Lyceum (1975), au Hammersmith Odeon (1976) et au Rainbow (1977) à Londres ainsi qu'au Pavillon de Paris (1978) ont été enregistrés dans un studio mobile 24 pistes, le seul en Grande-Bretagne à l'époque, prêté à Marley and the Wailers par les Rolling Stones.

Qualité remarquable

Le coût de la restauration effectuée par Martin Nichols, du White House Studios dans le sud-ouest de l'Angleterre, s'est élevé à 40 000 $. Pour Nichols, le résultat est étonnant.

« Le résultat final m'a vraiment surpris. Maintenant en format numérique, le son est de très haute qualité. Ça démontre que les enregistrements originaux ont été effectués de manière très professionnelle. »

— Une citation de  Martin Nichols

Des 13 bandes, 10 ont été restaurées, deux étaient vides et une s'est révélée trop endommagée pour être restaurée.

« À l'écoute, les poils de mon cou se sont hérissés et j'ai eu de véritables frissons », a confié Nichols au quotidien The Guardian.

Pour l'instant, aucun détail sur une commercialisation éventuelle n'est connu.

Avec les informations de The Guardian

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !