•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bureau de coordination des projets majeurs et BAPE: cohabitation possible?

Première séance d'audience du BAPE à Val-d'Or sur le projet Akasaba Ouest

Première séance d'audience du BAPE à Val-d'Or sur le projet Akasaba Ouest

Photo : Radio-Canada / Sandra Ataman

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministère de l'Énergie veut créer un Bureau de coordination des projets majeurs et d'analyse des impacts économiques. Sa cohabitation avec le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement est remise en cause par certains organismes, notamment l'Action boréale.

Un texte de Sandra AtamanTwitterCourriel 

Le ministre Pierre Arcand en a fait l'annonce lors du dévoilement de ses orientations en matière d'acceptabilité sociale. Le bureau de coordination aurait pour mandat d'analyser les retombées des projets majeurs et bâtir une banque d'information pour permettre une meilleure compréhension des projets.

L'Action boréale de l'Abitibi-Témiscamimgue critique la volonté du gouvernement de créer un bureau de coordination responsable de l'analyse économique des projets majeurs. Le président , Henri Jacob croit que le ministère souhaite ainsi faire disparaître le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement.

Le président de l'Action boréale de l'Abitibi-Témiscamingue, Henri JacobAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président de l'Action boréale de l'Abitibi-Témiscamingue, Henri Jacob

Photo : Radio-Canada / Sandra Ataman

« Si l'aspect économique est étudié par un bureau indépendant, qui va s'intéresser aux futilités de l'environnement ou des préoccupations ou des craintes des citoyens? », se questionne l'environnementaliste. Selon Henri Jacob, le BAPE devrait même se faire octroyer plus de pouvoirs.

Le BAPE est le seul rempart que la population a quand arrive un projet de développement majeur.

Henri Jacob, président de l'Action boréale de l'Abitibi-Témiscamingue

Des instances complémentaires

Ce bureau serait complémentaire au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement selon le député d'Abitibi-Est, Guy Bourgeois. Il affirme qu'il n'y aurait pas de concurrence entre les deux organismes.

« C'est en préalable à la venue d'un BAPE et c'est aussi pour mieux définir les paramètres avec les promoteurs de projets. Eux aussi se posaient la question à savoir quoi fournir. Ça permettra de rendre accessible l'information très tôt dans le processus. Le BAPE garde ses mêmes mandats », indique-t-il.

Pour sa part, la directrice générale de l'Association de l'exploration minière, Valérie Fillion croit que le bureau de coordination va faciliter le travail des entreprises d'exploration.

« C'est un bureau qui est là pour accompagner les collectivités, les entreprises, les communautés, pour avoir le plus d'informations possible. Donc ils vont rendre disponible toute l'information très tôt dans le processus. Le BAPE est plus loin, quand tu embarques dans le processus pour aller en production. C'est une continuité, selon les différentes étapes de développement des projets », considère-t-elle.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

L'acceptabilité sociale

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !