•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les impacts de la revitalisation du quartier chinois à Vancouver inquiète des résidents 

Des manifestants portent des pancartes autour de leur cou en anglais et en mandarin ou cantonais.

Des manifestants se sont déplacés aux portes ouvertes organisées par la Ville de Vancouver pour y présenter son plan de revitalisation économique du quartier chinois, le 4 février dernier.

Photo : Radio-Canada / Tina Lovgreen

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le plan de revitalisation économique du quartier chinois de Vancouver, si approuvé par le conseil municipal, permettrait la construction d'édifices de 15 étages et l'ouverture de plusieurs commerces.

Ce projet inquiète cependant des résidents de cet ancien quartier ouvrier. Pour Hui Qing Chen, qui habite « Chinatown » depuis 20 ans, le quartier est de moins en moins accueillant.

« Il y a beaucoup de changements, avant, c’était un quartier animé », explique-t-elle avec l'aide d’un interprète. Elle ajoute qu’il est de plus en plus difficile d’avoir accès à des aliments abordables puisque plusieurs commerces ont fermé leur porte.

Hui Qing Chen et un marché derrière elle avec des légumes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Hui Qing Chen a peur d'être délogé du quartier chinois si les prix augmentent.

Photo : Radio-Canada / Tina Lovgreen

« Beaucoup de cafés sont apparus, mais en tant que personne âgée, je ne peux pas m’offrir ces cafés », avance-t-elle.

Ce quartier, autrefois un ghetto pour les immigrants chinois à la fin du 19e siècle, est aujourd’hui l’un des plus grands d’Amérique du Nord. Plusieurs résidents s’inquiètent des impacts possibles de sa revitalisation telle que suggérée par la Ville et partagent les sentiments de Hui Qing Chen. C’est ce qu’ils ont affirmé lors des portes ouvertes samedi.

« La proposition de la Ville ne priorise pas la communauté chinoise à faible revenu. Tout ce qu’elle veut, ce sont des terrains pour attirer les promoteurs [immobiliers] », soutient l’agente de projet Beverly Ho pour le groupe communautaire Chinatown Concern Group.

« Si le projet va de l’avant, ça veut dire que des bâtiments qui rendent le quartier chinois unique seront démolis, et que des commerces comme Walmart, qui s’est installé dans le quartier chinois de Los Angeles, pourraient voir le jour ici », craint Melody Ma, de la campagne Save Chinatown Heritage.

Les urbanistes disent que ce ne sera pas le cas, puisqu’ils ont revu leur plan à la lumière des rétroactions de citoyens comme Beverly Ho et Melody Ma.

Ils veulent modifier la proposition pour inclure 20 % de logements pour les personnes âgées. « Nous nous préoccupons toujours de l’équilibre entre l’économie du quartier chinois et la conservation du patrimoine culturel », affirme l’urbaniste Tom Wanklin.

La conseillère municipale Adriane Carr dit qu’elle comprend pourquoi plusieurs personnes dans la communauté sont hésitantes quant à l’avenir du quartier. « Ce n’est pas seulement une discussion de l’avenir du quartier, les gens voient déjà le développement qui se passe et cela créer des angoisses », soutient-elle.

D’après un texte de Chad Pawson et des informations de Tina Lovgreen

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !