•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un égoportrait pour lutter contre les troubles alimentaires

Un couple prend un égoportrait.

Un couple prend un égoportrait.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une association qui lutte contre les troubles alimentaires fait la promotion de l'image corporelle à coups d'égoportraits.

L’Association contre la boulimie et l’anorexie mentale a installé un kiosque à l’Université de Windsor et propose aux étudiants de prendre des photos avec un appareil Polaroïd sans leur permettre de les modifier.

L'initiative baptisée « Be your Selfie », « Soyez votre égoportrait » en français, vise à encourager les jeunes à être eux-mêmes, plutôt que d’essayer de trouver des moyens d’avoir l’air parfait.

« Nous n’avons pas tous des troubles alimentaires, mais tout le monde souffre d’une pauvre image corporelle ou d’une faible estime de soi à un moment », explique Shauna Chiandussi, éducatrice en promotion de la santé à l’association.

Ce projet est un moyen de montrer qu’on vit tous des problèmes semblables.

Shauna Chiandussi, éducatrice en promotion de la santé à l’association.

M. Chiandussi précise que de prime abord, les gens hésitent à participer, mais qu'une fois qu'on leur explique le projet, ils sont alors plus enclins à y prendre part.

Une femme met des photos sur un tableau noir.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La campagne «Soyez votre égoportrait» marque la semaine nationale de sensibilisation aux troubles alimentaires.

Photo : CBC/Meg Roberts

Les clichés instantanés sont loin de ceux des téléphones intelligents, explique Ali Zara, une participante, qui reconnaît par ailleurs que les gens peuvent être obsédés par leurs photos et suppriment celles qu’ils n’aiment pas.

Une autre étudiante indique que tout le monde doit composer avec des problèmes d’image corporelle à un moment. « J’aime vraiment cette campagne. Elle est vraiment valorisante. Je ne veux pas dire que c’est pour les filles, c’est pour tout le monde », dit Aya El-Sabbheh.

Le kiosque sera ouvert jusqu’au 7 février.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !