•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Canadienne refuse l’étiquette d’« Afro-Américaine »

Portrait d'une femme noire aux cheveux grisonnants

La famille de Linda McCurdy est au Canada depuis 185 ans.

Photo : Hans Lichtenberg (Facebook)

Radio-Canada

Une Canadienne ne veut plus être qualifiée d'« Afro-Américaine », comme le sont parfois les personnes noires au Canada.

Les ancêtres de Linda McCurdy ont fui l’esclavage aux États-Unis et sont arrivés à Amherstburg dans le sud-ouest de l'Ontario en 1833 grâce au chemin de fer clandestin.

Elle est excédée que des gens lui demandent si elle « Afro-Américaine » ou d'où elle vient : « Je suis Canadienne. Je suis une Canadienne noire », souligne-t-elle.

Je vis ici depuis suffisamment longtemps pour ne pas être identifiée comme venant d’un autre endroit

Linda McCurdy

Mme McCurdy est avocate et militante. Son père, Howard McCurdy, a été conseiller municipal à Windsor et député néo-démocrate de la circonscription de Windsor-Sandwich à Queen’s Park.

Elle est déçue de l’ignorance de la population sur l'histoire de beaucoup de familles noires au Canada.

Pour les Canadiens, si vous êtes noir, vous êtes un immigrant, un immigrant récent, parce qu’ils n’ont pas entendu parler du chemin de fer clandestin, donc ils ne savent pas qui nous sommes et comment nous sommes arrivés ici.

Linda McCurdy, avocate et activiste

Selon elle, l’étiquette d’« Afro-Américain » ou d’« Afro-Canadien » pourrait s’appliquer à des Américains ou des Canadiens noirs qui viendraient directement d’Afrique.

Elle indique qu'elle a des amies originaires du Nigéria qui sont très fières de leurs racines.

À l’occasion du Mois de l’histoire des Noirs, une exposition qui raconte notamment l’histoire de la famille McCurdy est présentée au musée Freedom d'Amherstburg.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Windsor

Société