•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec pourrait avoir son cimetière musulman

Des messages de solidarité déposés à la suite de la tuerie de Québec.

Des messages de solidarité déposés à la suite de la tuerie de Québec.

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

On ne retrouve pas de cimetière musulman sur le territoire de la ville de Québec, mais la situation pourrait bien changer. Le maire Régis Labeaume croit qu'il est devenu nécessaire de trouver rapidement une solution.

Des pourparlers sont en cours avec le Centre culturel islamique de Québec à cet effet. « C'est un dossier qui traîne depuis des années, mais on est en train de trouver des solutions. Il y avait des problèmes légaux, fiscaux, etc. », dit le maire Labeaume.

On est en train de travailler avec eux autres pour trouver ce qu'il faut. On va les aider.

Régis Labeaume, maire de Québec

Actuellement, la communauté musulmane n'a d'autre choix que d'enterrer ses défunts à Montréal ou dans leur pays d'origine.

Les cimetières de la région ont déjà accueilli dans le passé des citoyens de confession musulmane, mais ils devaient se plier aux rites catholiques.

Le directeur général du cimetière Saint-Charles, François Chapdelaine, croit que la Ville de Québec doit libérer des terrains afin d'accueillir un cimetière musulman.

Il estime qu'une solution permanente respectueuse des croyances musulmanes est devenue nécessaire. « Ce n’est pas une solution temporaire qu’il faut. C’est un site dédié. Ces gens-là ont besoin de racine à Québec », dit-il.

Des demandes depuis 2014

« On travaille fort à se faire entendre, et ça presse », lance Hadjira Belkacem, qui est présidente de l'Association de la sépulture musulmane au Québec.

Mme Belkacem constate que l'absence de cimetière musulman à Québec place les familles des victimes devant un choix « très déchirant. » Son association tente de résoudre le problème depuis 2014.

« On s'acharne à se faire entendre. On a un décès et il faut qu'on prenne la décision de soit rapatrier le corps dans le pays, ou à Montréal », déplore Hadjira Belkacem.

Selon Mme Belkacem, « la plupart des [Québécois musulmans] désirent être enterrés ici, mais le manque de cimetière fait obstacle, malheureusement ». Ainsi, environ la moitié des défunts sont finalement portés à leur dernier repos dans leur pays natal.

Le rite funéraire musulman en bref

  • Généralement, les défunts sont inhumés dans les 24 heures suivant leur décès;
  • le corps est lavé à trois reprises par symbole de pureté pour entreprendre une nouvelle vie;
  • le corps est enroulé dans un linceul blanc qui symbole l'égalité envers tous;
  • le défunt est mis en terre directement face à La Mecque, lieu saint musulman;
  • une prière est récitée debout pour le repos du défunt.
  • *à noter qu'au Québec, la loi oblige à ce que l'on dépose le corps dans un cercueil pour la mise en terre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !