•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces enfants qui vivent le deuil et l'incompréhension après l'attentat de Québec

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des enfants de l'école primaire du Versant - Notre-Dame-de-Foy ont créé un petit monument à la mémoire des victimes de l'attentat de Québec

Des enfants de l'école primaire du Versant - Notre-Dame-de-Foy ont créé un petit monument à la mémoire des victimes de l'attentat de Québec

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au surlendemain de la fusillade, des jeunes de 4e année de l'école primaire du Versant-Notre-Dame-de-Foy, à Québec, se sont rassemblés devant leur établissement mardi après-midi. Ils y ont créé un petit monument en hommage aux victimes et certains s'y sont agenouillés pour prier.

Si aucun élève de cette école n’est endeuillé, tous sont profondément atteints : 40 % de la clientèle scolaire est d’origine musulmane.

Lundi, 35 élèves de l’école primaire du Versant-Notre-Dame-de-Foy ne se sont pas présentés en classe parce qu’ils avaient peur, selon le porte-parole de la Commission scolaire des Découvreurs, Alain Vézina.

Dans d'autres écoles de la commission scolaire, cependant, plusieurs enfants ont été endeuillés. Au total, huit enfants ont perdu leur père dans l’attentat et deux enfants ont perdu un oncle.

Cinq élèves ont été témoins de l’attaque. Onze établissements comptent des élèves qui ont été directement touchés par la mort d'un proche.


Des enfants de l'école primaire du Versant-Notre-Dame-de-Foy prient devant le petit moment qu'ils ont crééAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des enfants de l'école primaire du Versant - Notre-Dame-de-Foy prient devant le petit moment qu'ils ont créé

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Alain Vézina rapporte également que des élèves qui habitent à proximité du Centre culturel islamique de Québec, où l’attaque a eu lieu, ont entendu des coups de feu.

Dans les circonstances, il n'est pas étonnant que de nombreux enfants aient dû être rencontrés par des spécialistes.

Cellule de crise

La Commission scolaire des Découvreurs a déployé une cellule de crise et une dizaine d'intervenants psychosociaux sont intervenus auprès des élèves et continueront à le faire.

« La trentaine d'enfants qu'on a rencontrés en individuel, c'était pour dire les coups de fusils qu'ils avaient entendus, c'était les coups qu'ils entendaient dans leur pays qu'ils ne croyaient pas qu'ici, c’était pour arriver », dit Josée Bélanger, une agente de réadaptation à l’école primaire du Versant-Notre-Dame-de-Foy.

Selon Alain Vézina, la situation serait toutefois en voie de rentrer dans l’ordre, puisque le taux d’absentéisme avait déjà diminué, mardi.

Attentat terroriste à Québec 
Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !