•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un mariage plus ou moins réussi entre caribous et humains au parc de la Gaspésie

La population de caribous est en déclin dans le Grand Nord canadien.

Caribou

Photo : Getty Images

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'aménagement du territoire et la présence de randonneurs et de skieurs peuvent nuire aux caribous du parc national de la Gaspésie. Une recherche effectuée par le candidat au doctorat en biologie Frédéric Lesmerises démontre que la présence humaine pousse le caribou à déployer des stratégies d'évitement et facilite la prédation.

Un texte de Joane Bérubé

En déclin, le troupeau de caribous du parc de la Gaspésie compte environ une centaine de bêtes, derniers vestiges du caribou des bois qui fréquentait le sud du Saint-Laurent. L'habitat du troupeau est concentré dans le parc de la Gaspésie, de plus en plus fréquenté par les skieurs hors piste.

Pour tenter de comprendre le comportement des caribous à l'approche des randonneurs et des skieurs, Frédéric Lesmerises a installé, à l’hiver 2013 et 2014, des colliers avec des balises GPS sur le dos d’une quarantaine de caribous afin d’observer la réaction des bêtes.

Deux ans plus tard, le chercheur conclut que les caribous vont éviter ces zones par un détour qui varie d’une centaine de mètres à parfois plusieurs kilomètres.

Par ailleurs, quand la perturbation est prévisible, la recherche démontre que les caribous semblent s’adapter et s’habituer à la présence humaine.

Comportement des femelles allaitantes

Ainsi, en présence de randonneurs, le biologiste note que les femelles accompagnées de leurs petits sont plus tolérantes à la présence humaine que celles sans petits. Différentes hypothèses pourraient expliquer ce comportement dont celle qu’une présence humaine servira de bouclier contre les prédateurs.

Le fait que les énormes besoins énergétiques des femelles qui allaitent pourraient les pousser à être moins vigilantes est aussi une possibilité.

Toutefois, note Frédéric Lesmerises, ces femelles ont aussi tendance à s’éloigner des sentiers, mais dans une moindre mesure.

Ski hors-piste

Un skieur descend en skis dans le parc de la GaspésieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Descente en ski dans le parc de la Gaspésie

Photo : Radio-Canada / Félix Savard-Côté

Contrairement aux randonneurs qui marchent dans des chemins balisés, les skieurs hors piste se répartissent sur une zone plus vaste. Frédéric Lesmerises a relevé que plus le nombre de skieurs augmente dans un secteur, plus les caribous s’éloignent de cet endroit.

L’évitement semble donc plus important l’hiver, à un moment où les conditions d’alimentation sont les plus pénibles.

Le biologiste rappelle que l’habitat du caribou a beaucoup diminué en raison de la déforestation. L’animal, dit-il, est contraint de demeurer dans le parc, un espace restreint, ou dans des espaces de moins bonne qualité. La situation du caribou, croit-il, devrait être pensée au-delà du parc. Il reste seulement quelques zones favorables au troupeau à l’extérieur du parc, commente le chercheur.

Est-ce que le ski seul aurait un impact pour diminuer la population? Je ne crois pas, mais c’est peut-être quelque chose qu’on rajoute à une population qui va déjà mal.

Frédéric Lesmerises, candidat au doctorat en biologie

Occasions pour les prédateurs

Ces sentiers sont aussi comme des brèches dans la montagne dont se servent les prédateurs pour atteindre le caribou. Le fait a été observé grâce à des caméras installées dans les sentiers.

« Même si la présence humaine éloigne les prédateurs, il n’y a pas toujours d’humains dans les sentiers. L’impact négatif est donc plus important », commente Frédéric Lesmerises.

Toutes ces observations font croire au biologiste que le parc ne devrait pas développer de nouveaux sentiers, afin de protéger l’habitat des bêtes.

De même, les zones skiables devraient être limitées à des secteurs qui ne sont pas fréquentés par le troupeau. « Ce n’est pas toutes les montagnes de la Gaspésie qui sont utilisées par le caribou, loin de là, souligne le biologiste. On pourrait facilement déterminer certaines zones mieux protégées pour le caribou et d’autres zones inexploitées par le ski qui pourraient être ouvertes. »

La thèse de Frédéric Lesmerises devrait être déposée au printemps à l’Université du Québec à Rimouski.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !