•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le lexique de la Maison-Blanche à l'ère de Trump

Le président américain désigné Donald Trump
Le président américain désigné Donald Trump Photo: La Presse canadienne
Radio-Canada

« Faits alternatifs », « fausses nouvelles », « assainir le marécage ». Donald Trump et la nouvelle administration américaine ont introduit ces derniers mois plusieurs nouvelles expressions jusque-là peu ou pas employées en politique américaine. Sans compter les expressions mêmes du président américain, dont le vocabulaire riche en adjectifs hyperboliques a fait couler beaucoup d'encre. Petit guide lexical pour s'y retrouver.

Un texte de Laurence Niosi


MAKE AMERICA GREAT AGAIN (slogan)

Personne n'est près d'oublier le slogan de Donald Trump pendant sa campagne électorale. En entrevue, le président américain a expliqué avoir pensé au slogan en 2012, après la défaite électorale du candidat républicain Mitt Romney. Dès lors, il a enregistré son slogan au Bureau américain des brevets et des marques de commerce.

M. Trump n'est toutefois pas le premier à y avoir pensé : « Let's Make America Great Again » avait été utilisé par l’ancien président Ronald Reagan comme slogan pour sa campagne en 1980. Donald Trump a affirmé avoir été mis au fait de cette précédente utilisation l'année dernière seulement.

Donald Trump porte une casquette avec son slogan de campagne : Make America Great Again.Donald Trump porte une casquette avec son slogan de campagne : Make America Great Again. Photo : La Presse canadienne / Jae C. Hon

DRAIN THE SWAMP (expression)

L’expression Drain the swamp (« assainir le marécage ») a souvent été employée par Donald Trump pendant sa campagne électorale. Le président américain promettait ainsi de nettoyer Washington des lobbyistes et de la soi-disant corruption politique. « Je vais rendre le gouvernement honnête à nouveau », a-t-il écrit sur Twitter en octobre dernier.

.. Photo : Twitter

L’expression a déjà été utilisée par des administrations précédentes. Le secrétaire à la Défense sous George W. Bush, Donald Rumsfeld avait, après le 11 septembre 2001, parlé d'« assainir le marécage » - nettoyer le pays - du terrorisme. Le président Reagan avait dit qu'il faudrait « assainir le marécage » d’un gouvernement trop puissant. Peu l'ont toutefois utilisé autant que Donald Trump.

« Drain the swamp » est une métaphore. En asséchant le marécage, les moustiques - qui engendrent les maladies - sont éliminés.


ALTERNATIVE FACTS (expression)

 

L’expression a été employée par la conseillère de Donald Trump, Kellyanne Conway, à l’émission Meet the Press animée par Chuck Todd. Mme Conway a qualifié de « faits alternatifs » les déclarations mensongères du porte-parole de la Maison-Blanche sur l'importance de la foule présente lors de la cérémonie d'investiture du président. Selon elle, Chuck Todd répondait ainsi aux « choses fausses » véhiculées par les médias.

« Ne surdramatisez pas, Chuck. Vous dites des choses fausses. Et notre porte-parole, Sean Spicer, a donné des faits alternatifs », a-t-elle déclaré à l’animateur (Nouvelle fenêtre), exaspéré. Ce dernier a répliqué que les faits alternatifs étaient des mensonges.

En entrevue à Radio-Canada, le philosophe Serge Robert a estimé qu'« il n’y a pas de faits alternatifs, mais il y a une interprétation alternative des faits ».


FAKE NEWS (expression)

Il a maintes fois été question de « fausses nouvelles » pendant et après la campagne électorale de Donald Trump. Dans les mois précédant l’élection présidentielle, de fausses nouvelles – par exemple sur le pape qui appuierait Trump ou sur une soi-disant vente d’armement au groupe armé État islamique par Hillary Clinton - ont abondamment été relayées sur les réseaux sociaux. Certains croient que la circulation de ces fausses nouvelles a même aidé à l’élection de M. Trump.

Le président a également employé le terme, mais cette fois pour attaquer les médias américains traditionnels comme CNN et le New York Times, jugeant leur couverture « malhonnête » et « partiale » contre lui. « Le défaillant New York Times s'est trompé à propos de moi dès le début. Ils affirmaient que je perdrais les primaires, puis les élections. Fausses nouvelles! », écrivait-il le 28 janvier sur Twitter.

.. Photo : Twitter

BIG LEAGUE ou BIGLY (adverbe)

Parmi les expressions préférées du président, on retrouve l’expression « big league », prononcée « bigly », pour dire « beaucoup » ou « de premier plan », des termes généralement peu utilisés dans la langue anglaise.

Des journalistes et des phonéticiens se sont penchés sur la question tout le long de la campagne électorale. Donald Trump voulait-il dire « bigly » ou « big league »? La plupart d'entre eux se sont accordés pour dire qu’il s’agissait bien de « big league ». Le principal intéressé a confirmé. Le terme « bigly » a toutefois été l’un des termes les plus recherchés sur Internet en 2016.

 

AMERICA FIRST (expression)

Donald Trump a maintes fois utilisé l'expression « America first » pendant sa campagne électorale et lors de son discours d'investiture aux accents résolument protectionnistes. « À partir d’aujourd’hui, ce sera l’Amérique d’abord […] Nous devons protéger nos frontières des ravages que provoquent d’autres pays en fabriquant nos produits, en volant nos compagnies et en détruisant nos emplois », avait-il déclaré.

Mais cette expression est controversée. Dans les années 1940, le comité isolationniste America First, dont l'aviateur Charles Lindbergh était l'un des porte-parole, a été accusé de propager des propos haineux et antisémites. La Ligue anti-diffamation, une organisation américaine qui lutte contre l'antisémitisme, a demandé à Donald Trump de reconsidérer l'usage de ce slogan.


LOSER/WINNER (noms)

Le monde de Donald Trump se divise souvent entre les losers (perdants) et les winners (gagnants). Le président américain a employé le terme loser des centaines de fois (Nouvelle fenêtre) sur son compte Twitter pour décrire différentes personnes : les panélistes de CNN, ses anciens adversaires républicains Marc Rubio et Ted Cruz, la comédienne Rosie O'Donnell, pour ne nommer que ceux-là. Donald Trump se décrit lui-même comme un winner.

La une du New York Magazine le 13 novembre 2016La une du New York Magazine le 13 novembre 2016 Photo : New York Magazine / Barbara Kruger

D'autres expressions employées par Donald Trump depuis la début de sa course à la Maison-Blanche :

  • Unfair (adj) : injuste
  • Braggadocious (adj) : vantard
  • Sad (adj): triste
  • Tremendous (adj) : énorme
  • Stamina (nom) : endurance
  • Bad hombres : expression utilisée lors du dernier débat l'opposant à Hillary Clinton, pour décrire des criminels sans papiers
  • Nasty woman : expression utilisée lors du même débat pour décrire son adversaire Clinton
Donald Trump, président des États-Unis 

International