•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les femmes enceintes toujours victimes de discrimination au travail

Les femmes enceintes sont toujours victimes de discrimination au travail.
Les femmes enceintes sont toujours victimes de discrimination au travail. Photo: iStock
Radio-Canada

Les femmes enceintes sont toujours victimes des stéréotypes genrés associés à la maternité, révèle une étude de l'Université de l'Alberta.

Selon la chercheuse et étudiante à la maîtrise en droit Shivani Kapur, l’hypothèse que les femmes sont les premières impliquées dans les soins des enfants nuit à leurs possibilités d’avancement de carrière. Elle croit que cette présomption empêche les jeunes mères de famille d’obtenir des postes plus hauts hiérarchiquement, particulièrement avant et après une grossesse.

« Par exemple, on ne voudra pas donner des affectations ambitieuses à une femme dans les premiers mois de sa grossesse. [...] On lui dira "C’est mieux pour toi de prendre soin de ton bébé. Je ne veux pas te surcharger avec plus de travail." On va lui dire que "de toute façon tu pars bientôt pour un an" », énumère Mme Kapur.

Ce genre d’attitudes contribuerait à accroître les inégalités, selon la chercheuse.

Pour effectuer son étude, Mme Kapur a comparé les politiques parentales au Canada et leurs effets sur l’implication des femmes sur le marché du travail. Elle croit que le congé parental contribue beaucoup aux inégalités. Elle s’est particulièrement intéressée au cas du Québec, la seule province où un congé de cinq semaines est réservé aux pères.

Plusieurs hommes prennent leur congé parental au Québec. [...] Une étude effectuée aux États-Unis a démontré qu’en changeant l’expérience parentale, même au début, ça aura un effet à long terme.

Shivani Kapur, chercheuse à l'Université de l'Alberta

« Alors les hommes finiront par contribuer en parts égales aux tâches ménagères. Tant que les hommes ne participeront pas en parts égales aux tâches ménagères, les femmes ne pourront pas contribuer en parts égales au marché du travail », avance la chercheuse.

Selon elle, les lois peuvent à la fois contribuer à alimenter les rôles genrés et à les démanteler. Elle croit que la solution réside dans le fait d’avoir le même temps de congé parental non transférable pour les deux conjoints et d’avoir un plus haut pourcentage du salaire qui soit assuré.

Révision des politiques

L’attachée de presse du ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social du Québec, Émilie Gauduchon, précise que des consultations ont eu lieu en octobre dernier pour évaluer les besoins des familles.

Le ministre Jean-Yves Duclos aurait l’intention de revoir les congés parentaux pour qu’ils soient plus inclusifs. Le gouvernement fédéral aura toutefois besoin de l’accord des provinces, particulièrement du Québec, qui a déjà son propre régime.

Alberta

Société