•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des accusations liées au terrorisme pourraient être déposées dans l'attentat de Québec

Le reportage de Tamara Alteresco
Radio-Canada

Bien que 11 chefs d'accusation pour meurtre au premier degré et tentative de meurtre pèsent sur le suspect Alexandre Bissonnette, la Gendarmerie royale du Canada a affirmé lundi, lors d'un point de presse, que des accusations liées au terrorisme et à la sécurité nationale pourraient également être déposées contre lui.

La GRC a souligné que l'enquête se poursuivait et que des perquisitions étaient en cours.

Le suspect de l'attentat terroriste survenu dans une mosquée à Québec fait face à six accusations pour meurtre au premier degré et cinq accusations pour tentative de meurtre en utilisant une arme à feu à autorisation restreinte.

Alexandre Bissonnette, un étudiant de l'Université Laval âgé de 27 ans, a comparu au palais de justice de Québec devant le juge Jean-Louis Lemay. Il comparaîtra le 21 février pour la divulgation de la preuve.

La police a refusé de se prononcer sur les motifs du suspect. Le type d'arme utilisé lors de la fusillade n'a pas non plus été confirmé.

Une photographie montrant Alexandre Bissonnette, portant un chandail vert, prise sur son compte Facebook, qui est maintenant ferméUne photographie d'Alexandre Bissonnette prise sur son compte Facebook qui est maintenant fermé Photo : Facebook/Alexandre Bissonnette
Attentat terroriste à Québec  

Le fil des événements

Vers 19 h 45 dimanche soir, un homme armé serait entré dans l'édifice du Centre culturel islamique de Québec, sur le chemin Sainte-Foy, avant d'ouvrir le feu sur les fidèles. Quelques dizaines de personnes se trouvaient à l'intérieur du centre.

Au moment de l'attaque, les hommes priaient au rez-de-chaussée, tandis que les femmes et les enfants se trouvaient à l'étage.

C'est l'ensemble de la population de Québec qui a été visé hier soir.

Denis Turcotte, des enquêtes criminelles du Service de police de la ville de Québec

L'attaque a fait six morts, des hommes de 39 à 60 ans, et cinq blessés graves, dont trois sont entre la vie et la mort à l'hôpital de l'Enfant-Jésus. Une quinzaine de personnes ont été blessées plus légèrement et 39 autres s'en sont sorties indemnes, selon ce que rapportait la SQ en soirée.

Victimes confirmées :

  • Aboubaker Thabti : un Tunisien qui habitait Québec depuis environ 2011 et qui avait deux enfants de 3 et 11 ans;
  • Khaled Belkacemi : un professeur du département de l’Agriculture à l’Université Laval;
  • Azzedine Soufiane : un père de deux enfants, un garçon d’environ 15 ans et une fille d’environ 13 ans;
  • Mamadou Tanou Barry : un informaticien et père de famille provenant de la Guinée;
  • Ibrahima Barry : un homme provenant de la Guinée;
  • Abdelkrim Hassane : un analyse programmeur âgé de 41 ans et père de trois filles.

Les autorités policières ont par la suite arrêté deux hommes dans la vingtaine. Un homme a été appréhendé sur les lieux de l'attaque, tandis que l'autre, qui avait lui-même contacté les autorités policières, a été arrêté près de l'île d'Orléans, a confirmé la police.

À la lumière de l'enquête en cours, les autorités policières se sont par la suite ravisées lundi et ont annoncé qu'il y avait désormais un seul suspect, dont l'identité est Alexandre Bissonnette. La Sûreté du Québec a affirmé que le second homme arrêté était un témoin.

 

Pour suivre en direct sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Plusieurs proches d'un membre de la communauté, Hamid Nadji, étaient sur place au moment de la fusillade.

« C'était un film de science-fiction, c'était un carnage total. Ils étaient sur le point de sortir de la prière et ils ont été surpris par quelqu'un qui rentre subitement avec, apparemment, un pistolet automatique. Les gens n'ont rien compris, ils ont paniqué », rapporte M. Nadji.

Des témoins ont raconté que le tireur est revenu à trois reprises dans la mosquée après avoir rechargé son arme. « Les gens qui sont morts, soutient M. Nadji, ce sont ceux qui ont essayé d'intervenir pour arrêter la personne. »

La Sûreté du Québec fait le point sur l'attaque terroriste qui a fait six morts dans une mosquée de Québec.

L'enquête se poursuit

Quelque 200 policiers de la Sûreté du Québec, de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et des services de police de Québec et Montréal poursuivent l'enquête.

La structure de gestion policière contre le terrorisme a été déployée, a indiqué le ministre québécois de la Sécurité publique, Martin Coiteux.

Le président du Centre culturel islamique de Québec, Mohamed Yangui, était sous le choc dimanche soir et se désolait qu'un tel événement soit survenu.

Un large périmètre de sécurité a été établi dans le secteur du Centre culturel islamique. L'ensemble des mosquées sur le territoire de la province et le campus de l'Université Laval font l'objet d'une surveillance accrue depuis les événements.

Une perquisition a aussi été menée tôt lundi matin dans une résidence du chemin des Quatre-Bourgeois, à quelque 500 mètres du Centre culturel islamique.

Les parcours d’autobus du Réseau de transport de la capitale (RTC) qui empruntent le chemin Sainte-Foy ont été détournés.

En point de presse, Ralph Goodale, le ministre de la Sécurité publique du Canada, a refusé de commenter l’enquête. Il a toutefois assuré que le niveau d'alerte antiterroriste du pays ne serait pas relevé. Celui-ci est au niveau modéré depuis octobre 2014. Il avait été haussé après qu’un soldat canadien est mort et qu'un autre a été blessé par le véhicule d’un sympathisant islamiste à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec.

 

Gestes islamophobes

Le Centre culturel islamique de Québec, qui est également connu sous le nom de grande mosquée de Québec, avait été la cible d’un geste à caractère haineux l’été dernier. Une tête de porc avait été déposée devant l’une de ses portes en pleine période du ramadan.

Des tracts islamophobes avaient également été distribués à divers endroits de la ville de Québec dans les semaines suivant cet incident.

Des veillées à la chandelle en hommage aux victimes sont déjà prévues lundi à Québec, Montréal, Ottawa, Trois-Rivières et Saguenay.

Des voisins près du site de la fusilladeDes voisins près du site de la fusillade Photo : Radio-Canada

Pas de funérailles à Québec

Le président du Centre culturel islamique du Québec a affirmé que des funérailles ne devraient pas avoir lieu à Québec, puisqu'il n'y existe pas de cimetières pour musulmans. Les cérémonies funèbres se tiendront plutôt à Montréal ou dans le pays d'origine des victimes.

Québec

Justice et faits divers