•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une caméra de surveillance capte un acte de vandalisme dans Hochelaga-Maisonneuve

Stéphane Allard, propriétaire du Lapin blanc

Stéphane Allard, propriétaire du Lapin blanc

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un restaurant de la rue Sainte-Catherine dans Hochelaga-Maisonneuve, le Lapin blanc, a été la cible de vandalisme dans la nuit de jeudi à vendredi.

Un texte de Julie Marceau

Quelques minutes après la fermeture de l’établissement, une caméra de surveillance a capté un individu cagoulé qui traçait un graffiti peu élogieux.

Pour le propriétaire, Stéphane Allard, il ne fait pas de doute qu’il s’agit d’un acte anti-gentrification planifié.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Séquence captée par la caméra de surveillance

« On voit quatre individus passer avec un sac à dos. On voit ensuite une personne masquée faire un graffiti haineux », explique M. Allard, qui estime avoir perdu une journée complète de travail.

C’est frustrant parce qu’on n’est pas des gens riches […] On a de la misère à payer nos loyers, on travaille très dur, c’est pas un quartier facile, on vend des bières à 3 $ et on a un menu entre 6 $ et 10 $. Je ne vois pas en quoi on fait partie de la gentrification.

Stéphane Allard, propriétaire du Lapin blanc

Il y a quelques jours, un autre commerce de la rue Sainte-Catherine Est, Mon gym privé, a été la cible de vandales pour la troisième fois depuis le début de l’année.

En novembre dernier, cinq commerces de la rue Sainte-Catherine Est ont été la cible de vandales. Il s’agissait alors de la sixième vague de vandalisme contre 22 commerces en 2016.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ne fait aucun lien pour l’instant entre ces nouveaux actes de vandalisme et les actes anti-embourgeoisement des derniers mois.

« Les enquêtes sur les actes de vandalisme dans le quartier sont toujours en cours […] le SPVM encourage les commerçants à signaler tout méfait ou autre crime perpétré sur leurs commerces », a indiqué vendredi le service des communications du SPVM.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !