•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réseau électrique métropolitain : « Le BAPE, ce n'est pas le pape », dit Coderre

Image du projet de Réseau électrique métropolitain (REM)

Photo : Caisse de dépôt et placement du Québec

La Presse canadienne

Le Réseau électrique métropolitain (REM) « doit se faire et va se faire », malgré les critiques du BAPE, a affirmé vendredi le maire de Montréal, Denis Coderre, aux côtés du premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

« Le BAPE, ce n'est pas le pape », s'est-il exclamé, pour protester à sa façon contre les critiques formulées contre le projet de Réseau électrique métropolitain (REM) par le Bureau des audiences publiques sur l'environnement.

Le BAPE avait critiqué le projet de REM, soulignant entre autres qu'il avait manqué d'informations pour se prononcer de façon éclairée sur le projet de train électrique de la Caisse de dépôt et placement du Québec, par sa filiale CDPQ Infra.

Le maire Coderre a justement discuté du projet de REM avec le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, et le premier ministre Couillard, lors d'une rencontre, vendredi matin. Et comme il l'avait fait à Davos, la semaine dernière, le premier ministre a lui aussi redit sa foi dans le projet.

« Encore une fois, on a réitéré, le premier ministre et moi, avec Martin [Coiteux], que le REM va se faire, doit se faire et va se faire. Puis il n'y aura pas de tergiversations. Ça va se faire on budget, on time; ça s'est réglé », a lancé le maire Coderre.

Le premier ministre Philippe Couillard est allé dans le même sens. « On a parlé des transports en commun, naturellement du REM, et on est tous les deux d'accord que le projet va de l'avant. On va continuer le processus comme prévu; il y aura peut-être des petits ajustements à la marge à faire », a-t-il dit.

Le prolongement de la ligne bleue du métro dans l'est de Montréal était également au menu du maire, du premier ministre et du ministre des Affaires municipales.

« Il faut, pour les citoyens de l'est de Montréal également, qu'on donne un signal très fort qu'on se préoccupe de leur qualité de vie et de leur accès aux transports », a plaidé le premier ministre Couillard.

10 critiques contenues dans le rapport du BAPE

1. Impossible d'évaluer les conséquences sur l'environnement et celles des mesures d'évitement, d'atténuation et de compensation à mettre en place. Absence d'un portrait complet du milieu naturel. Absence d'une analyse finale des répercussions du projet;

2. Le BAPE remet en cause le choix d'emprunter en exclusivité le tunnel du mont Royal. Il recommande même de réévaluer l'option de tracé qui passerait par le sud de l'île;

3. Le BAPE concède que le Réseau électrique métropolitain offrirait une « bonne capacité de transport », mais soulève des préoccupations quant à la qualité du service;

4. Le REM contribuerait peu à atteindre les objectifs de déplacements par transport en commun dans la grande région de Montréal;

5. Le REM aura des conséquences sur le paysage montréalais, mais il y a un manque d'informations sur l'intégration architecturale des infrastructures;

6. Le BAPE appréhende un effet sur l'achalandage sur la ligne orange du métro de Montréal, qui est déjà saturée;

7. Le projet aurait pour effet de tronquer la ligne de train Mascouche et d'imposer une correspondance supplémentaire à ses utilisateurs;

8. Il n'y a pas d'évaluation de l'impact de ce nouveau transport en commun sur les sociétés de transport déjà existantes;

9. Il y a un manque d'information sur le cadre financier du projet;

10. Le BAPE est d'avis que le gouvernement du Québec devrait exiger que certaines données financières soient rendues publiques. Il demande aussi que la convention d'actionnaires soit dévoilée publiquement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Société