•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un opposant à la neutralité d’Internet chargé des télécoms américaines

Câbles

Câbles

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Catherine Mathys

Hier, le président Trump a nommé Ajit Pai au poste de président de la Federal Communications Commission (FCC), l'équivalent de notre Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

En février 2015, la bataille pour enfin obtenir la neutralité d’Internet aux États-Unis a été rude. Après un vote très serré de trois voix contre deux, nos voisins du sud ont choisi d’assurer un accès égal à la bande passante pour tous. Concrètement, cela voulait dire que des fournisseurs Internet comme Comcast, Verizon ou AT&T ne pouvaient plus limiter la vitesse de connexion Internet pour maximiser leurs profits. Ils ne pouvaient également plus offrir un accès privilégié (plus rapide et payant) à la bande passante à certains clients. Le président de l’époque de la FCC, Tom Wheeler, avait alors affirmé qu’Internet était tout simplement trop important pour permettre aux fournisseurs de services d’établir leurs propres règles.

Toutefois, le nouveau président, Ajit Pai, ne voit pas les choses de la même manière et c’est bien ce qui inquiète les défendeurs de la neutralité d’Internet. Il s’est même clairement prononcé contre ce principe par le passé. Pas plus tard que le mois dernier, alors qu’il était commissaire à la FCC, il a indiqué dans une lettre ses intentions de revisiter la clause de la neutralité d’Internet au plus tôt.

Qui est Ajit Pai?

Après avoir été conseiller juridique pour Verizon de 2001 à 2003, M. Pai a été nommé commissaire au FCC par Obama en 2012.

Durant les trois années de présidence du démocrate Wheeler à la FCC, Pai s’est presque toujours opposé aux réglementations visant à assurer la protection des consommateurs, ce qui inclut la neutralité d’Internet. Il s’est, par exemple, opposé à ce que les coûts des appels pour les prisonniers soient plafonnés et aux règlements qui protègent la vie privée des clients des fournisseurs de services.

Et Pai ne s’en cache pas! Dans sa biographie publiée sur le site de la FCC, il indique que les consommateurs bénéficient davantage de la concurrence que de la réglementation préventive. Après la victoire de Trump, il a prononcé un discours dans lequel il affirmait que les règlements actuels constituaient un frein aux investissements, à l’innovation et à la création d’emplois. Il a également ajouté qu’avec l’administration Trump, la FCC cesserait de se tenir sur la défensive pour passer à l’offensive.

Une nomination inquiétante

La nomination de Pai ne passe pas inaperçue et inquiète bon nombre d’observateurs. En gros, Pai semble adhérer aux valeurs républicaines : favoriser le libre marché et limiter la réglementation.

 

Pour plusieurs, cela signifie qu’il avantagera les fournisseurs de services qui veulent faire des affaires avec des fournisseurs de contenu en échange d’une voie rapide sur le web pour leurs productions. Ce sont de moins bonnes nouvelles pour les consommateurs qui désirent un accès juste et égalitaire au contenu en ligne.

Le problème dépasse les frontières américaines. Si les États-Unis emboîtent le pas vers l’abolition de la neutralité d’Internet, les activistes qui prônent cette neutralité dans d’autres pays pourraient voir leurs efforts réduits à néant.

Il reste à voir comment Pai pourrait s’y prendre pour arriver à contrecarrer toute la réglementation déjà en place, mais il semble qu’avec un mandat reconduit par le Sénat américain, il aurait cinq ans pour y arriver, ce qui lui laisserait amplement de temps pour arriver à ses fins.

Techno