•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éclairage à Montréal : les astrophysiciens québécois soulagés

Montréal vue de l'espace

Montréal (ici vue de la Station spatiale internationale) perd une grande partie de sa lumière vers le ciel et l'espace.

Photo : NASA

Radio-Canada

L'annonce par la Ville de Montréal que tous les lampadaires urbains seront munis de DEL à 3000 K réjouit les scientifiques du Centre de recherche en astrophysique du Québec (CRAQ) et de l'Observatoire du Mont-Mégantic (OMM).

Un texte d'Alain Labelle

Ce choix diminuera la pollution lumineuse, expliquent-ils. En effet, la lumière émise par une source d’éclairage contenant une forte proportion de lumière bleue est davantage diffusée dans le ciel, et les DEL à 3000 K émettent environ 30 % moins de lumière bleue que celles à 4000 K qui avaient initialement été choisies.

Par ce choix et en supposant que le flux lumineux installé soit réduit de 66 % au lieu du 50 % comme il était prévu initialement, la pollution lumineuse n’augmenterait pas à Montréal au terme de ce projet de conversion aux DEL.

Martin Aubé, du CRAQ et professeur-chercheur du groupe de recherche transdisciplinaire sur la pollution lumineuse du Cégep de Sherbrooke

Le professeur Aubé explique qu’avec les systèmes de contrôle qui seront installés par Montréal, il serait même possible non seulement de limiter l’augmentation, mais bien de réduire la pollution lumineuse en diminuant davantage le flux après 23 h ou minuit.

L’OMM salue donc la décision de la Ville de Montréal, un choix de compromis qui permettra de minimiser la pollution lumineuse.

Les DEL blanches auraient été une véritable catastrophe pour tous les astronomes amateurs de la grande région de Montréal.

Le professeur René Doyon, astrophysicien à l’Université de Montréal et directeur de l’OMM et de l’Institut de recherche sur les exoplanètes

« La décision de la Ville de Montréal est donc une excellente nouvelle autant pour les citoyens que pour les amateurs du ciel étoilé », ajoute le professeur Doyon.

De plus, pour les résidents, ces DEL seront moins éblouissantes et plus chaleureuses que celles qui étaient initialement proposées.

Selon certains chercheurs, la pollution lumineuse trouble le rythme circadien, et cause troubles du sommeil, dépression, cancers et autres maladies cardiovasculaires.

L’exposition prolongée à la lumière dégagée par les lampadaires et les immeubles serait aussi responsable de la baisse de l’acuité visuelle chez les Canadiens.

Image satellite de l’Amérique du Nord.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Image satellite de l’Amérique du Nord. On voit clairement Montréal et Toronto, dans l’est du Canada, qui sont parmi les villes les plus brillantes du continent

Photo : NASA

Le saviez-vous?

Les villes de Sherbrooke et de Lac-Mégantic, ainsi que tous les villages de la Réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic (RICEMM), ont adopté une réglementation plus sévère en optant pour des DEL ambrées à 1800 K offrant un minimum de pollution lumineuse.

Grand Montréal

Science