•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des gens qui souffrent de la maladie de Lyme au N.-B. demandent plus d'aide

Joanne Cameron en entrevue

Il est temps que le Nouveau-Brunswick agisse davantage pour aider les patients qui souffrent de la maladie de Lyme, estime Joanne Cameron.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le nombre de cas de la maladie de Lyme augmente au Nouveau-Brunswick depuis plusieurs années, et la situation des gens qui en sont atteints empire.

« Chaque soir, il me dit qu'il prie pour qu'il ne se réveille pas le lendemain », souligne Joanne Cameron, épouse d’un patient.

Son mari, Robert, a été diagnostiqué de la maladie de Lyme en 2008 à la suite de tests sanguins envoyés aux États-Unis. Mais il était déjà trop tard, car la tique infectée l'avait piquée 10 ans plus tôt. La maladie est transmissible par la morsure d'une tique infectée.

« Son médecin, dans le temps, lui a dit que c'était une araignée et non une tique. Mais lui, il savait que c'était une tique. Ça fait qu'il aurait dû lui donner des antibiotiques dans le temps, mais ils n'ont rien donné », explique Joanne Cameron.

Depuis l'automne dernier, son mari repose à l'Hôpital de Moncton. Elle tente de le visiter au moins deux fois par jour.

« Il est nourri avec un tube. À cause de ses sécrétions, ses poumons sont beaucoup affaiblis. Alors il a une trachéotomie. Puis ça, c'est permanent, tout comme le tube », précise Mme Cameron.

Joanne Cameron fait partie d'un groupe de soutien pour les gens atteints de la maladie de Lyme dans la région de Moncton. C’est un endroit où ils peuvent se rassembler et partager leur expérience.

« Il n'y a personne pour nous aider ici, et si on ne s'aide pas entre nous, nous sommes perdus », affirme Cathy Smith, intervenante dans le groupe de soutien.

Cinq nouveaux cas de la maladie de Lyme par année

Selon le ministère de la Santé, 90 % des nouveaux cas répertoriés en 2015 proviennent des régions du sud du Nouveau-Brunswick. Depuis cinq ans, on compte en moyenne cinq nouveaux cas par année. En 2015, les services de santé ont diagnostiqué 11 cas.

Plusieurs Néo-Brunswickois souffrent de cette maladie et ils ont des difficultés financières, car certains d'entre eux ne peuvent plus travailler. En plus, pour des traitements, ils doivent aller aux États-Unis ou dans l'ouest du pays.

Cathy Smith, intervenante dans un groupe de soutien

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick affirme que le Bureau du médecin hygiéniste en chef est au courant que certains malades vont se faire soigner à l'extérieur de la province. Mais il ne précise pas s’il remboursera un jour le coût de ces traitements.

Il est temps que la province agisse davantage, estime Joanne Cameron. « C'est la société médicale qu’il faut qui embarque là-dedans, c'est pas juste le public. Nous, on sait à quoi s'attendre, mais c'est eux qui devraient aider », dit-elle.

Une morsure de tique peut transmettre la maladie de LymeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une morsure de tique peut transmettre la maladie de Lyme

Photo : Radio-Canada

Pour le moment, le gouvernement mise sur la sensibilisation et la participation du public afin de limiter le nombre de cas de maladie de Lyme.

D’après le reportage de Catherine Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie

Société