•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un 22e baskethon pour découvrir les défis d'une personne handicapée

Le basketball en fauteuil roulant est à l'honneur durant le baskethon de Baie-Comeau.

Photo : Radio-Canada / Alex Lévesque

Radio-Canada

Des dizaines de personnes se sont assises dans un fauteuil roulant pour la première fois, cette fin de semaine à Baie-Comeau, à l'occasion du 22e baskethon annuel. C'est d'abord une activité de financement annuelle à l'Association régionale pour le loisir des personnes handicapées de la Côte-Nord, mais aussi une façon de sensibiliser la population aux défis quotidiens que rencontrent les personnes à mobilité réduite.

En regardant les athlètes professionnels performer aux Jeux paralympiques, il s'en dégage une force impressionnante.

Mais on peut arriver à mieux apprécier leur effort quand on s'asseoit dans un fauteuil roulant. Tout ce qui est habituellement facile devient soudainement plus complexe.

« C'est pas évident. On pense qu'on est plus fort des bras, mais non! », constate Hugo Robinson.

André Larocque renchérit : « on se disait ah, ça va être facile, c'est juste qu'on est assis. Et non, ce n'est pas facile! On ne contrôle pas ça les roues. »

Le baskethon, un défi à relever pour la cause des personnes vivant avec un handicap.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le baskethon, un défi à relever pour la cause des personnes vivant avec un handicap.

Photo : Radio-Canada / Alex Lévesque

Manoeuvrer la chaise, virer à gauche, virer à droite, c'est un peu plus difficile. Mais après quelques minutes de jeu, les joueurs s'habituent et leurs réflexes reviennent.

Ils ont compris ce qu'une personne handicapée doit franchir comme barrières, avant même d'arriver à la ligne de départ d'une compétition.

« Pas mal tout le monde, à partir de la deuxième ou troisième game, on commence à être raqués des épaules et le lundi matin on le sent un peu, » admet André Larocque.

Hugo Robinson est admiratif : « après deux ou trois parties, ça tire dans les épaules et on se rend compte à quel point les athlètes qui font ça aux Paralympiques, c'est des machines. »

Le baskethon permet aux participants de vivre les défis que vit une personne handicapée.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le baskethon permet aux participants de vivre les défis que vit une personne handicapée.

Photo : Radio-Canada / Alex Lévesque

L'Association régionale pour le loisir des personnes handicapées (ARLPH) de la Côte-Nord tente par la même occasion de sensibiliser les gens aux réalités que vivent les personnes à mobilité restreinte.

Et aussi les amener à respecter, entre autres, les places de stationnement.

Marc Richard, directeur, ARLPH Côte-Nord

Cette année, le tournoi de basketball en fauteuil roulant a rapporté près de 4 000 dollars à l'Association régionale, pour soutenir la pratique sportive des personnes vivant avec un handicap.

Marc Richard est directeur de l'Association régionale pour le loisir des personnes handicapées (ARLPH) de la Côte-Nord.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marc Richard, directeur de l'Association régionale pour le loisir des personnes handicapées (ARLPH) de la Côte-Nord.

Photo : Radio-Canada / Alex Lévesque

« En fait, tout ce qu'on peut imaginer que le citoyen entre guillemets « normal » pratique, bien les personnes handicapées sont invitées à faire la même chose ».

Il y en a qui font du conditionnement physique à l'eau, de l'aquaforme, en fait, il y en a qui font du conditionnement physique en salle.

Marc Richard, directeur ARPLH Côte-Nord

Avis à ceux qui aimeraient tenter l'expérience... le 23e baskethon de Baie-Comeau est déjà en préparation pour 2018.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Sports