•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre de Thérèse Gauvreau : un délai de 30 minutes entre l’appel au 911 et l’arrivée des policiers

Un policier et un véhicule du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) devant une maison

Les policiers ont mis en place un périmètre de sécurité autour de la résidence située au 171, boulevard de la Cité-des-Jeunes, à Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a mis 30 minutes à se rendre sur les lieux de l'appel qui l'a mené à la découverte du corps inanimé de Thérèse Gauvreau, mercredi dernier. Un délai qui serait au-delà des normes.

C’est ce qu’a confirmé à Radio-Canada le porte-parole du SPVG, Jean-Paul Lemay. Une enquête a été ouverte pour savoir si les protocoles de répartition d'appels ont été respectés.

Aucun véhicule de patrouille n'était disponible au moment de l'appel.

Toutes nos unités étaient occupées, donc il y a eu la gestion de trouver des véhicules pour répondre à cet appel-là.

Jean-Paul Lemay, le porte-parole du SPVG

L’appel en question avait été effectué par Ousmane Alkaly, un voisin de Mme Gauvreau. Ce dernier avait communiqué avec les services d’urgence après avoir aperçu un rôdeur au comportement étrange aux abords de sa maison. Selon M. Alkaly, l’homme en question criait, frappait sur les murs de la maison et paraissait en transe.

Les policiers se sont d’abord présentés au domicile de M. Alkaly. Ils ont ensuite localisé un homme suspect près de chez sa voisine et ils ont découvert le corps de Mme Gauvreau.

Jean-François Dupuis, 21 ans, a été arrêté sur les lieux du meurtre. Il est incarcéré et est considéré comme le principal suspect dans cette affaire. Il fait face à des accusations de meurtre au deuxième degré et a comparu, jeudi, au palais de justice de Gatineau.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.