•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles mesures de sécurité dans les salles d'urgence de la N.-É.

Le premier ministre Stephen McNeil a accepté les 12 recommandations formulées dans le rapport sur la sécurité dans les salles d'urgence de la Nouvelle-Écosse.

Le premier ministre Stephen McNeil a accepté les 12 recommandations formulées dans le rapport sur la sécurité dans les salles d'urgence de la Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Radio-Canada

Une évaluation des risques sera menée dans toutes les salles d'urgence de la Nouvelle-Écosse pour déterminer leurs besoins en matière de sûreté et de sécurité.

Il s'agit de l'une des 12 recommandations formulées dans le rapport sur la sécurité dans les salles d'urgence de la province dévoilé vendredi. Ce rapport fait état d'une augmentation de la violence envers les travailleurs de la santé et des services communautaires entre 2013 et 2015.

« Ces secteurs cumulent les plus hauts taux de blessures et le plus grand nombre de demandes de congé pour blessures rapportées à la Commission des accidents du travail de la Nouvelle-Écosse », est-il écrit dans le rapport.

Les risques sont plus élevés en salle d'urgence

Les études montrent que le tiers des infirmières de la province ont été agressées physiquement, intimidées ou blessées au travail. Il faut doubler cette proportion quand il est question de menaces ou de harcèlement, selon le rapport. Ce risque est le plus élevé dans les salles d'urgence.

Entre les mois de janvier et de novembre 2016, 61 incidents en lien avec de la violence ou des menaces ont été rapportés dans les salles d'urgence de la province.

Le premier ministre Stephen McNeil avait mis sur pied un comité de travail pour se pencher sur ce problème après un incident à la salle d'urgence d'un hôpital de Middleton en octobre dernier.

Un homme armé s'était présenté deux fois en une journée à la salle d'urgence. L'homme de 60 ans souffrait de maladie mentale.

Les autres recommandations

Parmi les autres recommandations, on retrouve des stratégies pour prévenir la violence dans le milieu de travail, bonifier la formation des travailleurs de la santé et fournir des dispositifs de communication au personnel pour qu'ils soient en mesure de demander de l'aide plus facilement.

« En tant qu'employeur, c'est vraiment important que notre personnel et nos médecins soient sains et saufs dans leur milieu de travail pour qu'ils puissent offrir un service adéquat aux patients, aux familles et aux communautés », explique la vice-présidente de l'autorité sanitaire de la Nouvelle-Écosse, Carmelle d'Entremont.

La vice-présidente de l'autorité sanitaire de la Nouvelle-Écosse, Carmelle d'Entremont.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La vice-présidente de l'autorité sanitaire de la Nouvelle-Écosse, Carmelle d'Entremont.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Plutôt que les multiples programmes actuellement en place dans la province, un programme commun assurera désormais une évaluation des risques uniformisée.

Cette évaluation comprendra des programmes spécifiques, des politiques, des outils, de la formation et des méthodes de travail pensées pour faire face aux risques, indique le rapport.

Un système de suivi à l'échelle provinciale

Un système de suivi des données à l'échelle de la province et un système d'alerte seront mis en place. Ce dernier avertira les employés des dangers potentiels que représentent certains patients.

Nous sommes en train de s'assurer qu'on a des politiques et des méthodes de communication pour identifier un patient violent.

Carmelle d'Entremont, vice-présidente de l'autorité sanitaire de la Nouvelle-Écosse

Les syndicats seront également obligatoirement informés des incidents violents.

Ces 12 recommandations doivent être mises en place d'ici la fin de l'année. L'autorité sanitaire de la province devra faire une mise à jour auprès du ministre la Santé en janvier 2018.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Santé