•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« À partir d’aujourd’hui, ce sera les États-Unis d’abord! » - Donald Trump

Le reportage de Christian Latreille

C'est par un discours aux accents résolument protectionnistes que Donald Trump a inauguré son mandat présidentiel, vendredi, après avoir été officiellement assermenté devant des dizaines de milliers de personnes réunies devant le Capitole, à Washington.

« À compter d'aujourd'hui, ce sera uniquement les États-Unis d'abord! », a-t-il lancé à l'intention non seulement des Américains, mais du monde entier.

« Toutes les décisions en matière de commerce, de taxes, d’immigration ou d'affaires étrangères seront prises au profit des travailleurs américains et des familles américaines », a déclaré le 45e président américain. « Nous devons protéger nos frontières des ravages causés par d'autres pays qui fabriquent nos produits, volent nos entreprises et détruisent nos emplois. »

Trump à la Maison-Blanche

Le nouveau président américain est arrivé à la Maison-Blanche, après avoir quitté le Capitole. À bord de la limousine présidentielle, il a pris la tête du traditionnel défilé sur Pennsylvania Avenue, à Washington.

Donald Trump est sorti brièvement, à quelques reprises, de sa voiture pour faire quelques pas et saluer la foule. Le défilé a été sous haute surveillance, plusieurs policiers et agents du Service secret étant mobilisés pour encadrer la procession.

« Nous allons ramener nos emplois, nous allons rétablir nos frontières, nous allons retrouver notre santé, et nous allons retrouver nos rêves », a-t-il poursuivi. « Nous allons construire de nouvelles routes et autoroutes, de nouveaux pont, aéroports, tunnels et chemins de fer partout dans notre merveilleux pays. Nous allons sortir les gens de l'aide sociale et leur redonner du travail pour reconstruire notre pays avec une main d’œuvre américaine, avec le travail des Américains. »

Nous obérions à deux règles simples : acheter américain et embaucher américain. Nous chercherons à garder l'amitié et les bonnes grâces des autres pays du monde, mais ils doivent comprendre que chaque pays a le droit de faire passer ses intérêts en premier.

Donald Trump
L’intégrale du discours d'assermentation de Donald Trump

M. Trump a globalement présenté les États-Unis comme un pays qui s'est trop longtemps oublié au profit des autres, non seulement en matière de commerce, mais aussi de politique étrangère. Cette époque est révolue, a-t-il assuré.

« Nous avons défendu les frontières d’autres pays tout en refusant de défendre les nôtres. Nous avons dépensé des billions de dollars à l’étranger, alors que l’infrastructure des États-Unis tombait en décrépitude », a-t-il fait valoir. « Nous avons rendu riches d’autres pays, pendant que la richesse, la puissance et la confiance de notre pays se dissipaient à l’horizon. »

Humeurs new-yorkaises

Le pouvoir au peuple

M. Trump avait lancé son discours en promettant de défendre tous les laissés-pour-compte de la société, abandonnés selon lui par l'establishment politique. « Nous déplaçons le pouvoir de Washington pour vous le rendre à vous, le peuple des États-Unis », a-t-il lancé sous applaudissements de la foule.

« Les politiciens ont prospéré, alors que le peuple n’a tiré aucun bénéfice de toutes ces richesses. L'establishment s'est protégé lui-même, mais il n'a pas protégé les citoyens de notre pays. Leurs victoires n'ont pas été les vôtres », a-t-il ajouté. « Tout cela va changer dès maintenant. »

Ce qui compte vraiment, ce n'est pas qui détient le pouvoir au gouvernement, mais le fait que le gouvernement est entre les mains du peuple américain. Le 20 janvier 2017 demeurera dans les mémoires comme le jour où le peuple a repris le pouvoir au pays. Les hommes et les femmes laissés pour compte ne seront plus oubliés.

Donald Trump

M. Trump s'est également appliqué à se montrer rassembleur, lui qui a souvent été accusé de semer la division au cours de la campagne électorale. Le patriotisme, a-t-il plaidé, doit être le ciment du pays.

!ne nouvelle fierté nationale nous étreint pour élargir nos horizons et surmonter nos divisions. !

« Quand on ouvre son coeur au patriotisme, il n'y a pas de place pour les préjugés », a-t-il fait valoir. « Rappelez à votre mémoire cette sagesse ancestrale, que nos soldats n’oublieront jamais, selon laquelle, que nous soyons noirs, basanés ou blancs, nous avons le même sang rouge du patriotisme qui coule dans nos veines. »

 

Cliquez ici pour accéder à notre couverture en direct sur votre appareil mobile

Jimmy Carter, George W. Bush et Bill Clinton, trois anciens présidents, ont assisté à l’événement, tout comme son adversaire lors du scrutin présidentiel, Hillary Clinton. C'était la première fois que Mme Clinton et M. Trump se trouvaient sur la même scène depuis le scrutin du 8 novembre. Au Capitole, après la cérémonie, le nouveau président a rendu un hommage appuyé à l'ex-secrétaire d'État devant les élus du Congrès.

Après avoir assisté à une messe à l'église St. John's Episcopal en matinée, M.Trump s'était rendu à la Maison-Blanche en compagnie de son épouse, Melania; ils y avaient été accueillis par le président Barack Obama et sa femme Michelle.

Les deux couples se sont ensuite dirigés dans le même cortège vers le Capitole, où ils sont arrivés vers 11 h. Pour M. Obama, il s'agissait d'un adieu définitif à la Maison-Blanche. Il a d'ailleurs quitté la capitale en hélicoptère après l'assermentation, comme le veut la tradition.

« Notre démocratie, ce ne sont pas des monuments ou des bâtiments, c'est vous », a lancé M. Obama dans une ultime déclaration depuis la base militaire d'Andrews, en banlieue de la capitale. L'ex-président et sa femme, Michelle, se dirigent vers Palm Springs, en Californie, pour des vacances en famille.

La candidate démocrate défaite à la présidentielle, Hillary Clinton, est présente à titre d'épouse de l'ex-président Bill Clinton (à gauche). L'ex-président George W. Bush est aussi sur place, avec sa femme, Laura.La candidate démocrate défaite à la présidentielle, Hillary Clinton, est présente à titre d'épouse de l'ex-président Bill Clinton (à gauche). L'ex-président George W. Bush est aussi sur place, avec sa femme, Laura. Photo : Getty Images / Joe Raedle

Une cérémonie sous haute sécurité

La police de la capitale fédérale s'est préparée à la présence d'environ 900 000 personnes, à la fois pour assister à la prestation de serment du nouveau président, mais aussi pour manifester contre lui. Le chef de la police de Washington a indiqué qu'environ 90 personnes avaient été arrêtées, mais a précisé que les protestataires étaient majoritairement pacifiques.

Quelque 28 000 membres des forces de l'ordre ont été mobilisés, des kilomètres de barrières installés, des points de contrôle et des barrages filtrants dressés pour former un cordon de sécurité de 8 kilomètres carrés dans le centre de Washington.

 

M. Trump est le président le plus impopulaire à entrer en fonction depuis 40 ans, selon un sondage Washington Post-ABC News publié cette semaine. Il y récoltait 41 % d'approbation, contre 61 % pour le président Obama. Au cours de cette période, le moins populaire des nouveaux locataires de la Maison-Blanche avait été Ronald Reagan, qui récoltait tout de même 58 % d'appuis.

De premiers actes officiels

Après la cérémonie d'assermentation, M. Trump a posé ses premiers actes officiels comme président. Il a notamment proclamé une journée nationale du patriotisme et signé la dérogation votée par le Congrès pour autoriser l'ex-général James Mattis à être nommé secrétaire à la Défense. Sa nomination a été confirmée par le Sénat par la suite. Ayant quitté l'armée en 2013, ce dernier aurait normalement dû attendre 2020 avant de pouvoir diriger le Pentagone. Le Sénat a aussi validé la nomination de l'ancien général John Kelly qui devient secrétaire à la Sécurité intérieure.

À LIRE AUSSI » Gaz de schiste, ALENA, défense : Trump passe à l’action

La présidentielle américaine 2016 - notre section spéciale  
Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

International