•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un complexe aquatique de 61 millions $ pour Laval

Le futur complexe aquatique de Laval, d'une valeur de 61 millions de dollars.

Le futur complexe aquatique de Laval, d'une valeur de 61 millions de dollars.

Photo : Ville de Laval

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La ville de Laval va se doter d'un complexe sportif d'envergure « nationale », d'une valeur de 61 millions de dollars, muni de bassins qui répondent aux normes de la Fédération internationale de natation. Un édifice dernier cri, qui marque le début d'une nouvelle ère en matière d'architecture à Laval.

Un texte de Francis Labbé

Les travaux de construction vont commencer dans un an. La Ville souhaite que ce complexe soit prêt en 2020 de manière à accueillir la finale provinciale des Jeux du Québec. La ville souhaite en effet devenir la ville hôtesse de ces jeux.

Le complexe comprendra des bassins de compétition d'envergure nationale, tant pour la natation que pour le plongeon. Mais il sera aussi muni de bassins communautaires, pour permettre l'accès aux citoyens.

« Surtout, nos athlètes lavallois n'auront plus à sortir de la ville pour pratiquer leur sport. »

— Une citation de  Marc Demers, maire de Laval
Le complexe aquatique de Laval comprendra une section accessible au grand public.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le complexe aquatique de Laval comprendra une section accessible au grand public.

Photo : Ville de Laval

« C'était une exigence de la ville, mais les infrastructures athlétiques vont être de très haut niveau », précise Christine Hudon, chargée de projet pour le consortium gagnant, NFOE-HCMA. « Dès qu'on entre dans le bâtiment, on est tout de suite mis en contact avec le bassin récréatif. Il y a un grand mur vitré qui donne immédiatement sur le hall d'entrée. »

Le maire de Laval Marc Demers était très heureux du résultat de ce premier concours d'architecture. « C'est un look qui va être respectueux de l’environnement, qui va être moderne et qui va traverser le temps. »

« Notre projet respecte le boisé voisin, poursuit Mme Hudon. Il est niché dedans. Nous avons aussi opté pour une forme circulaire. Ce bâtiment atteindra les plus hauts standards énergétiques. »

Afin de remporter ce concours, la firme d'architecture montréalaise NFOE s'est associée à la firme de Vancouver HMCA, qui compte, à son actif, la conception de près d'une dizaine de complexes aquatiques.

De gauche à droite : Miguel Orellana, architecte concepteur (HCMA), Christine Hudon, chargée de projet (NFOE), Alexandre Despatie, membre du jury, et Marc Demers, maire de Laval.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De gauche à droite : Miguel Orellana, architecte concepteur (HCMA), Christine Hudon, chargée de projet (NFOE), Alexandre Despatie, membre du jury, et Marc Demers, maire de Laval.

Photo : Radio-Canada / Sophie Poliquin, Ville de Laval

Une image à refaire

Autre particularité de ce projet, il a fait l'objet d'un concours d'architecture. Il s'agit d'une première depuis la création de Laval, alors que le seul autre bâtiment sur son territoire ayant fait l'objet d'un tel concours fut l'hôtel de ville, au début des années 60. La ville de Laval veut d'ailleurs que ses futurs bâtiments fassent l'objet de tels concours, afin de changer son image.

« Nous pouvons à la fois modifier notre "look" et améliorer la qualité de vie des citoyens. En matière d'architecture, on a tout intérêt à investir dans le confort et l'apparence. »

Laval a aussi annoncé un programme de mise en valeur du patrimoine bâti. Les propriétaires d’un bâtiment patrimonial qui désirent effectuer des travaux de revitalisation pourront recevoir l’équivalent de 40 % des coûts admissibles, jusqu’à concurrence de 12 500 $.

« Nous avons des bijoux patrimoniaux à protéger et mettre en évidence à Laval. Nous avons probablement le plus beau caveau au Québec. Nous avons le vieux pénitencier, vieux de cent ans. Il y a aussi le Vieux Sainte-Rose. Nous avons de beaux monuments. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !