•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je leur lève mon chapeau chaque jour » : un inspecteur de la GRC se confie un an après La Loche

Un écusson de la GRC

Un inspecteur de la GRC a accepté de partager sa vision de la fusillade de La Loche du 22 janvier 2016.

Photo : Radio-Canada / Don Somers

Radio-Canada

Un membre de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), qui n'était pas encore sur les lieux au moment du drame, louange les actions des agents lors de la fusillade qui a eu lieu l'an dernier à La Loche, dans le nord de la Saskatchewan. L'inspecteur Teddy Munro estime que ces agents ont fait preuve d'énormément de courage.

Lors d’une entrevue accordée à CBC en Saskatchewan, l’inspecteur a raconté sa version des quelques minutes qui ont précédé l’arrestation du jeune auteur de la fusillade du 22 janvier 2016. L’inspecteur Teddy Munro a expliqué qu’un premier agent est arrivé seul sur les lieux, pour découvrir que quatre personnes étaient déjà mortes et que sept autres étaient blessées.

Les portes des salles de classe étaient fermées, les élèves et enseignants entassés à l’intérieur étaient terrorisés. Après avoir effectué quelques recherches, l’agent a compris que le tireur se trouvait dans la salle de toilettes. L’agent a échangé quelques paroles avec le tireur, chacun de leur côté de la porte, sans se voir. Le policier a réussi à convaincre le tireur de sortir et de se rendre.

Cette série d’événements s’est produite en l’espace de 90 secondes, selon lui.

L’inspecteur Munro a indiqué que deux autres agents sont arrivés rapidement par la suite pour porter main forte à leur collègue.

L'adolescent accusé du meurtre prémédité de quatre personnes lors de cette fusillade a plaidé coupable à deux chefs d'accusation de meurtre prémédité, deux chefs d'accusation de meurtre non prémédité ainsi que sept chefs d’accusation de tentative de meurtre.

La GRC a refusé les demandes d’entrevues de CBC pour parler avec les agents qui ont agi directement après la tuerie, car l’audience pour la détermination de la peine n’a pas encore eu lieu.

Des fleurs et des bougies ont été disposées devant l'école secondaire de La Loche.

Des fleurs et des bougies ont été disposées devant l'école secondaire de La Loche, théâtre d'une fusillade mortelle le 22 janvier 2016.

Photo : Radio-Canada / Trevor Bothorel

Fusillade à La Loche, un an après

Consulter le dossier complet

Des fleurs et des lampions en hommage aux victimes de la tragédie de La Loche

L’inspecteur Munro croit que les actions des agents de la GRC ont probablement permis d’empêcher que le nombre de victimes augmente. Il ajoute qu’il ne peut pas imaginer à quel point la communauté a souffert à la suite de cette attaque.

À quel point ils [les agents] sont restés calmes, c’est incroyable. Je leur lève mon chapeau chaque jour pour ce qu’ils ont fait.

Une citation de Inspecteur Teddy Munro

Son rôle en tant que commandant du lieu de l'incident lors de la fusillade

L'inspecteur Teddy Munro était le commandant du lieu de l'incident lors de la tuerie du 22 janvier. Il se trouvait à Prince Albert lorsqu’il a reçu un appel d’une collègue de la division de Buffalo Narrows.

« Il y a une tuerie dans une école… c’est en cours, a-t-elle dit », raconte-t-il. C’est alors qu'un collègue et lui se sont précipités en voiture pour parcourir les quelque 500 kilomètres les séparant de La Loche. Durant le trajet, l’inspecteur était en communication constante avec les agents qui se trouvaient sur place, dans la communauté du nord de la province.

L'inspecteur de la GRC Teddy Munro

L'inspecteur de la GRC Teddy Munro

Photo : Radio-Canada / Jason Warick

À son arrivée, l’inspecteur Munro a installé un poste de commandement et a dû sécuriser les deux scènes de crime. « Tu essaies de trouver qui est encore là, combien il y a de blessés… il y a beaucoup de différentes sections de l’histoire qu’il fallait essayer de comprendre », a-t-il confié.

Durant son séjour à La Loche, l’inspecteur devait s’assurer que près de 100 agents de la GRC venus sur place en renfort étaient logés et nourris. Il a également participé aux efforts de coordination entre les équipes médicales, les gens de la communauté, les médias et les membres des Premières Nations à l’échelle du pays.

La plupart de ses collègues et lui sont demeurés à La Loche durant plusieurs jours à la suite de la fusillade. L’inspecteur Teddy Munro estime qu’autant les agents de la GRC que les ambulanciers paramédicaux et les employés de l’hôpital sont des héros.

C’est irréel. Tu ne penserais pas que ce genre d’événement pourrait arriver dans le nord du Canada… quand tu en entends parler, ça prend quelques minutes avant de réaliser que c’est bien vrai.

Une citation de Inspecteur Teddy Munro

Il a confié qu’il n’oubliera jamais le 22 janvier 2016.

D’après un texte de Jason Warick de CBC Saskatoon

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Saskatchewan

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Saskatchewan.