•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

École secondaire francophone dans l'est de Toronto : une poursuite à l'horizon

Lianne Doucet jette un coup d'oeil à ses documents à la table de sa cuisine. Elle agira en tant que plaignante si la poursuite est déposée.

Lianne Doucet agira en tant que plaignante si la poursuite est déposée.

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Radio-Canada

Tout indique que la Coalition de parents pour une école secondaire de quartier s'apprête à déposer une poursuite contre le gouvernement provincial.

Un texte de Julie-Anne LamoureuxTwitterCourriel 

Le groupe dénonce l'absence d'école secondaire de langue française dans l'est de Toronto. Des parents se battent depuis dix ans pour en obtenir une.

Frustrés et exaspérés de ne pas voir le fruit de leurs efforts, ils sont sur le point de déposer la poursuite.

Peut-être qu'avoir ce litige va aider le gouvernement à nous répondre. Ils peuvent toujours repousser, nous dire d'attendre un peu plus longtemps. [...] On a fini d'attendre.

Lianne Doucet, mère de trois adolescentes

La coalition veut rencontrer les membres de la communauté le 25 janvier avant de déposer la poursuite. La décision définitive sera prise par la suite.

Les parents ont embauché l'avocat Nicolas Rouleau, qui a aidé les parents francophones de l'école Rose des Vents à Vancouver à prouver devant la Cour Suprême que leurs enfants méritaient des services scolaires équivalents à ceux offerts aux élèves anglophones.

La coalition a aussi reçu un financement de 125 000 $ de la part du Programme d'appui aux droits linguistiques.

Le combat d'une communauté

Lianne Doucet, mère de trois filles, est celle qui agira en tant que plaignante au nom des parents de l'est de Toronto, si la poursuite est bel et bien déposée.

Elle sait que ses filles ne bénéficieront pas d'une nouvelle école secondaire de langue française, puisque seule sa cadette est toujours au secondaire. Mais pour elle, il faut se battre pour l'ensemble de la communauté francophone.

Les parents invoquent l'article 23 de la Charte qui garantit aux enfants une instruction francophone dans des établissements scolaires équivalents à ceux des anglophones.

Les parents sont complètement frustrés. Ils ont essayé depuis quelques années d'avoir une école secondaire française, sans résultat. Le gouvernement a eu beaucoup de temps pour agir. Maintenant, c'est le temps.

Peter Tabuns, député de Toronto-Danforth, Nouveau Parti démocratique

La position du gouvernement

La nouvelle ministre de l'Éducation, Mitzie Hunter, assure que son gouvernement travaille sur ce dossier. Elle rappelle qu'une école secondaire catholique de langue française est en train d'être construite à Scarborough.

La ministre de l'Éducation, Mitzie Hunter, en conférence de presse. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La ministre de l'Éducation, Mitzie Hunter

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

La ministre reconnaît l'importance d'avoir une autre école secondaire de langue française dans l'est de la ville et ajoute que des discussions sont en cours pour trouver un emplacement.

Par contre, elle n'a pas voulu émettre de commentaire sur la poursuite qui pourrait être déposée contre son gouvernement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique provinciale