•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C.-B. : Un article du New York Times souligne le laxisme des règles de dons politiques

Christy Clark et Justin Trudeau ensemble.

Le premier ministre fédéral Justin Trudeau (à droite) fait face à des critiques pour des activités de financement auxquelles il a pris part. Christy Clark doit pour sa part retourner en cour pour faire face à des accusations de conflit d'intérêts pour son travail de collecte de fonds pour son parti.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le financement des partis politiques en Colombie-Britannique, où les règles sont parmi les plus laxistes au pays, soulève l'intérêt du prestigieux New York Times.

Le titre de l'article est d'ailleurs sans équivoque : « La Colombie-Britannique, le Wild West en matière de financement politique au Canada ».

La province de l’Ouest n’a pas de limites en matière de dons politiques, et ceux-ci peuvent provenir autant de syndicats, d’entreprises que de l’étranger. Ces règles ne sont pas permises au fédéral, une conséquence de la commission d’enquête sur le scandale des commandites (Nouvelle fenêtre).

Nicolas Kenny, historien à l'Université Simon Fraser, en Colombie-Britannique, rappelle que l'Ontario vient de resserrer ses règles en matière de financement politique.

« Ça donne à la Colombie-Britannique l'image d'un endroit reculé où les choses se font un peu n'importe comment sans trop de surveillance, avec évidemment le parti au pouvoir qui semble en tirer bénéfice », relate M. Kenny.

Nicolas Kenny s'adresse à la caméra, on voit un escalier roulant derrière lui.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nicolas Kenny croit que le système de dons aux partis politiques de la Colombie-Britannique est « le plus permissif » au pays.

Photo : Radio-Canada

« C’est sûr que ça fait un beau titre […], mais en même temps, quand on compare la réalité du financement des partis politiques dans la province, […] ça ne ressemble en rien à ce qui est autorisé dans les autres provinces », explique l’historien.

À son avis, l’apparence de conflits d’intérêts est aussi importante en politique qu’un réel conflit d’intérêts.

«  »

— Une citation de  Nicolas Kenny, professeur d'histoire à l'Université Simon Fraser

À titre d'exemple, l'entreprise Kinder Morgan, dont le pipeline vient de recevoir l'aval du gouvernement libéral, a versé plus de 718 000 $ au parti libéral de la province.

L'organisme Démocratie en surveillance conteste devant les tribunaux la décision du commissaire aux conflits d'intérêts, qui estime que la première ministre Christy Clark n'est pas en situation de conflit d'intérêts en acceptant un salaire pour son travail de collecte de fonds pour le parti.

Selon des informations de Pierre Martineau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...