•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Survivre au lundi de la déprime : avoir des attentes plus réalistes et profiter du soleil

Sugar Sammy entame une tournée pancanadienne en s'arrêtant à Winnipeg.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le troisième lundi de janvier est depuis 2005 sacré « lundi de la déprime ». Si tout le monde n'adhère pas à cette philosophie, ceux qui sentent le poids du monde sur leurs épaules à cette période de l'année ont des solutions qui s'offrent à eux.

Le Blue Monday, ou lundi de la déprime, a été consacré après que le Britannique Cliff Arnall eut élaboré une formule pseudo-scientifique. En raison d’une combinaison de facteurs, le troisième lundi de janvier est considéré comme la journée la plus déprimante de l’année.

C’est notamment parce que le lundi marque la fin du week-end, mais aussi parce qu'il s'agit d'une période où il y a moins de luminosité, où on tente d’éponger les dettes du temps des Fêtes, où on regrette les vacances de Noël et où on constate que les prochains congés sont parfois loin.

Tout le monde ne se sent toutefois pas interpellé de la même façon par cette journée.

La baisse du dollar aura une forte influence sur le choix de destinations vacances des Canadiens.

La mi-janvier, moment par excellence de la déprime hivernale

Photo : Radio-Canada

« C’est une journée comme n’importe quelle autre [et] je trouve qu’il y a beaucoup de publicité liée à ça », a indiqué un citoyen interrogé.

« Ce sont pas mal tous les lundis qui sont comme ça », a ironisé un autre.

Des rêves de voyage

De son côté, l’agente de voyage Lisette Cormier-Noël affirme qu’on remarque une hausse des ventes à ce moment-ci de l’année.

Cette dernière travaille dans une agence de voyages de la Péninsule acadienne et elle confirme que non seulement les gens ont davantage tendance à réserver des voyages à ce temps-ci de l’année, mais aussi que les lundis en général sont un moment propice.

Une plage au soleil avec un voilier à l'horizon.

Les voyages : un remède efficace contre la déprime de janvier

Photo : Radio-Canada

Mme Cormier-Noël explique cependant que le lundi de la déprime n’est pas une expression qu’on utilise à l’agence de voyages. « Même les clients ne nous en parlent pas », soutient-elle.

Un « indice du bonheur » moins élevé à ce moment de l’année

Afin de mesurer le niveau de bien-être d’une personne, le blogueur Pierre Côté a élaboré un indice du bonheur. Il l'évalue avec 24 facteurs différents.

Ses calculs lui permettent de confirmer que c’est effectivement autour du troisième lundi de janvier que l’indice du bonheur est le plus faible.

M. Côté ne croit pas que c’est précisément le troisième lundi de janvier autant que cette période de l’année. « Les mois d’hiver sont un peu plus difficiles à supporter », reconnaît-il.

Ce dernier affirme que le bonheur réside notamment dans l’acceptation. En ce qui a trait à l’hiver, il faut entre autres embrasser la froidure pour mieux la tolérer, dit-il.

Le blogueur explique aussi que si on souhaite accéder au bonheur, il faut ajuster ses attentes. « Ce sont deux morceaux de casse-tête, soit la vie rêvée et la vie réelle [et] il faut absolument que les deux morceaux puissent s’embarquer l’un dans l’autre. »

Par ailleurs, il suggère que les gens s’efforcent de considérer plus positivement la vie qu’ils ont, en la « glorifiant » davantage.

En plus d’arrimer ses attentes à des visions réalistes, il reste toujours l’activité physique, de bonnes nuits de sommeil, une saine alimentation et des sorties extérieures lorsqu'il fait soleil pour nourrir son bonheur.

Avec les renseignements de Catherine Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !