•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des experts ontariens souhaitent sauver le monarque grâce à des efforts multilatéraux

Les monarques migrent vers le sud pour survivre à l'hiver.

Des papillons monarques

Photo : iStock

Radio-Canada

Des chercheurs de l'Université de Guelph ont localisé les lieux de fécondation du papillon monarque, dans l'espoir d'encourager des efforts multilatéraux pour préserver l'espèce.

Lors de leur migration, les papillons effectuent un voyage d’environ 5000 kilomètres, du Mexique au Canada.

Selon l’équipe de chercheurs, la population de monarque a diminué de 80 à 90 % au cours des 20 dernières années.

Ils ont analysé 1000 échantillons d’ailes de papillons, afin d’identifier l’origine de l’insecte.

Les résultats, publiés dans la revue scientifique Global Change Biology, indiquent que seulement 38 % des monarques proviennent du Midwest américain.

Ces informations, qui démontrent que l'espèce se reproduit tout autant au Canada qu’aux États-Unis, ont surpris les auteurs de l’étude.

Si nous concentrons seulement nos efforts de conservation dans cette région [le Midwest], un grand nombre de papillons nés ailleurs en Amérique du Nord ne seront pas pris en considération.

Tyler Flockhart, auteur principal de l’étude

Provenance du monarque au Canada, selon l’étude :

  • 17 % : Le nord central des États-Unis et l’Ontario
  • 15 % : Le nord-est des États-Unis et les Maritimes
  • 12 % : Le nord-ouest des États-Unis et les Prairies canadiennes

Selon le groupe d’experts, les résultats démontrent l’importance de mettre en place une stratégie nord-américaine afin de préserver l’espèce.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Animaux