•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Richibucto est persuadé de voir le projet d’aréna se concrétiser bientôt

Ce soir, 16 juillet 2003

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le maire de Richibucto, au Nouveau-Brunswick, est convaincu que les paliers de gouvernement provincial et fédéral s'entendront bientôt et que cela permettra de financer le centre multifonctionnel que la municipalité attend depuis des années.

Roger Doiron, maire de Richibucto, assure que tout est prêt pour reconstruire l’aréna qui avait été détruit par les flammes en 2009.

« C'est un centre communautaire où on va avoir un espace de glace, un gymnase double, une piste de marche, une salle d'exercice, salle de rencontre, donc c'est vraiment un centre qui est plus qu'un aréna pour du hockey », assure-t-il.

« Les plans sont à toutes fins pratiques finalisés. Ce sont les coûts qui s'y rattachent qu'il reste à préciser », a-t-il indiqué.

La municipalité a également trouvé le terrain où on construira ce centre multifonctionnel de 600 places.

La municipalité de Richibucto a déjà trouvé le terrain sur lequel elle fera construire l'aréna.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La municipalité de Richibucto a déjà trouvé le terrain sur lequel elle fera construire l'aréna.

Photo : Radio-Canada

On estime qu’il faudra environ 10 millions de dollars pour construire le centre. Depuis la destruction du bâtiment précédent, la Municipalité a tenté à plusieurs reprises de réunir les autres paliers de gouvernement afin de trouver une entente financière. « Chacun investirait un tiers : un tiers du fédéral, un tiers du provincial [et] un tiers de la communauté. »

Du côté de la communauté, un peu plus de 1 million de dollars ont déjà été amassés grâce à une campagne de financement.

La Ville de Richibucto a fait parvenir au gouvernement provincial des documents, mais ces derniers lui ont été renvoyés puisqu’il manquait des « détails financiers », explique le maire.

Ce dernier est toutefois sûr que les gouvernements provincial et fédéral s’entendront prochainement et qu’il sera possible d'entreprendre les travaux au printemps.

D’après le reportage d’Anne-Marie-Provost

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !