•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vague de suicides à Uashat-Maliotenam était « évitable », selon le coroner

Des Innus assistent au dévoilement du rapport du coroner.

Des Innus assistent au dévoilement du rapport du coroner.

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le coroner Bernard Lefrançois juge que la vague de suicides survenue en 2015 dans la communauté innue de Uashat-Maliotenam, près de Sept-Îles, était « évitable ». Il note que ces individus avaient en commun leur « mal-être » et veut insuffler une réflexion sur l'avenir des réserves, qu'il compare au système d'apartheid.

Dans son document d'une quarantaine de pages, Bernard Lefrançois expose en détail l'histoire des cinq victimes – Alicia Grace Sandy, 21 ans, Charles Grégoire-Vollant fils, 24 ans, Marie-Marthe Grégoire, 46 ans, Céline Rock Vollant, 30 ans, et Nadeige Guanish, 18 ans.

Selon le coroner, les cinq personnes – quatre Innus et une Naskapie – présentaient des facteurs associés au suicide, dont la consommation d'alcool et de drogues, les difficultés familiales, l'exposition au suicide d'un proche et les troubles mentaux.

Ces signes de détresse avaient été manifestés par les victimes, mais le pire n'a pas pu être évité par manque de ressources ou des problèmes de communication entre les intervenants concernés.

Le coroner Bernard LefrançoisAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le coroner Bernard Lefrançois.

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Il y avait beaucoup de ressources humaines utilisées par les services sociaux à la suite de suicides, mais ça réquisitionnait presque tout le monde et là il n'y avait plus personne pour s'occuper des personnes à risque.

Une citation de : Bernard Lefrançois, coroner

Le coroner se montre d'ailleurs fort critique à l'endroit du régime de réserves, créé il y a 150 ans, qu'il compare au système d'apartheid en Afrique du Sud.

Moi, ce que je veux inciter [comme réflexion] c'est : repenchons-nous sur la question. Posons-nous la question si le régime des réserves a encore sa raison d'être en 2017.

Une citation de : Bernard Lefrançois, coroner

« En Afrique du Sud, ils ont fini par l'abolir le régime d'apartheid. Ils n'ont pas tout réglé les problèmes encore, mais par rapport à ce que c'était avant, c'est déjà beaucoup mieux », a-t-il poursuivi.

Nombreuses recommandations

Début de l'enquête publique du coroner au palais de justice de Sept-ÎlesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Début de l'enquête publique du coroner au palais de justice de Sept-Îles

Photo : Radio-Canada

Le coroner a formulé plusieurs recommandations, dont la création d'une « ressource spécialisée » disponible 7 jours sur 7 dans les communautés pour gérer les crises suicidaires et aider les personnes en difficulté, qui pourraient elles-mêmes séjourner temporairement en établissement.

Il recommande aussi au Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord de revoir ses pratiques quant à l'hospitalisation et le traitement de personnes suicidaires, et souligne l'importance de se doter d'un interprète pour bien comprendre les difficultés des patients.

Le chef de Uashat-Maliotenam, Mike McKenzie, est satisfait du rapport, qui reprend plusieurs de ses demandes. Il souhaite la venue d'un centre de pédiatrie sociale comme celui créé à Montréal par le Dr Julien pour soutenir les milieux défavorisés.

Mike McKenzie, chef innu de Uashat Maliotenam.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mike McKenzie, chef innu de Uashat Maliotenam.

Photo : Radio-Canada / Louis Garneau

Ceux qui veulent passer à l'acte, d'avoir un centre de crise avant d'arriver au centre hospitalier. Ça c'est une chose qu'on devra développer, ou un centre de désintoxication, un département au niveau hospitalier. On voit beaucoup, souvent, des jeunes intoxiqués qui sont hospitalisés seulement une journée ou deux.

Une citation de : Mike McKenzie, chef de Uashat-Maliotenam

Les cinq disparus de 2015 portent à 44 le nombre d'Innus qui se sont enlevés la vie depuis 1993. L'avocat qui représente quatre des 5 familles éplorées, Jean-François Bertrand, croit détenir l'argument pour faire bouger les autorités politiques.

L'avocat Jean-François BertrandAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'avocat Jean-François Bertrand.

Photo : Radio-Canada / Marika Wheeler

Lorsque le coroner prend la peine de dire que ça crée un système d'apartheid, écoutez, ça a été réfléchi. Il n'a pas employé ces mots-là gratuitement puis il sait pas ce que ça veut dire là. Ça a été réfléchi et tout ça. Alors ça interpelle beaucoup également un autre niveau.

Une citation de : Jean-François Bertrand, avocat des familles innues

À la demande du ministère de la Sécurité publique, le coroner a lancé une enquête publique en janvier 2016 sur la vague de suicides survenue entre le 10 février et le 31 octobre 2015. Plus d'une trentaine de témoins ont été entendus et des dizaines de documents ont été déposés en vue d'élaborer les recommandations.

La prévalence des idées suicidaires est presque deux fois plus élevée chez les Autochtones que chez les non-Autochtones, selon Statistique Canada.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La prévalence des idées suicidaires est presque deux fois plus élevée chez les Autochtones que chez les non-Autochtones, selon Statistique Canada.

Photo : Radio-Canada / CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec