•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bientôt du transport collectif dans la MRC Maria-Chapdelaine

Autobus scolaires et taxis seront mis à contribution pour le développement du transport collectif

Autobus scolaires et taxis seront mis à contribution pour le développement du transport collectif

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Tout est en place pour que, dès l'été prochain, les citoyens de la Municipalité régionale de comté (MRC) Maria-Chapdelaine aient accès à un service de transport collectif. Mais il ne faut pas s'attendre à voir une nouvelle flotte d'autobus circuler dans les différentes municipalités.

Un consultant a été embauché pour analyser les possibilités de développer un tel service, mais en utilisant les moyens de transport déjà existants, comme les taxis, ou le transport scolaire. Les élus ne souhaitent pas investir dans du matériel roulant.

Le préfet de la MRC Maria-Chapdelaine, Jean-Pierre Boivin
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le préfet de la MRC Maria-Chapdelaine, Jean-Pierre Boivin

Photo : Radio-Canada

« Le transport adapté, souvent, il va dans les petites municipalités le matin chercher une personne », rappelle le préfet de la MRC, Jean-Pierre Boivin. « Maintenant, est-ce que c'est possible que ce transport-là transporte d'autres personnes ? », ajoute-t-il.

Ce genre de service existe déjà ailleurs au Québec, dans des secteurs où le nombre d’habitants ne justifie pas le développement d’un réseau de transport en commun. Généralement, ce sont les entreprises de taxi qui sont mises à contribution, en offrant le transport à taux fixe entre des endroits bien définis.

Dolbeau-Mistassini devrait être la première localité du service, qui devrait ensuite s’étendre aux autres localités de la MRC.

Le maire de Normandin, Mario Fortin
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire de Normandin, Mario Fortin

Photo : Radio-Canada

Le coût du projet? Tous l’ignorent pour l’instant, mais certains sont prêts à financer un service déficitaire, jusqu’à un certain point.

« Aujourd'hui, on a encore des gens, des personnes âgées, qui ont des rendez-vous à l'hôpital, des étudiants qui voyagent, des familles monoparentales. Alors, si on est capable d'offrir ce service-là à la population eh bien, bravo! »

— Une citation de  Mario Fortin, maire de Normandin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !