•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fiat Chrysler accusé d'avoir truqué 104 000 moteurs diesel

L’assemblage des fourgonnettes à l’usine de Fiat-Chrysler de Windsor

L’assemblage des fourgonnettes à l’usine de Fiat-Chrysler de Windsor

Photo : Radio-Canada / Édith Drouin

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Agence américaine de protection de l'Environnement (EPA) accuse Fiat Chrysler d'avoir équipé les moteurs de plus de 100 000 véhicules diesel vendus aux États-Unis depuis 2014 d'un logiciel faussant le résultat des tests anti-pollution pour les faire apparaître plus « verts ». Le constructeur automobile a démenti cette accusation par voie de communiqué.

L'EPA, qui est la principale autorité fédérale de protection de l'environnement, et le Conseil californien pour les ressources de l’air (CARB) ont informé le constructeur qu'ils pensaient que son logiciel – non déclaré – de contrôle des émissions permettait aux véhicules concernés de générer des émissions polluantes supérieures aux niveaux autorisés par la loi.

Fiat Chrysler a réagi dans un communiqué en affirmant croire que ses systèmes de contrôle des émissions respectaient les règles applicables et il s'est dit « déçu » des déclarations de l'EPA.

Les accusations de l'EPA visent au total 104 000 Jeep Grand Cherokee et Dodge Ram 1500 équipées de moteurs diesel de 3,0 litres de cylindrée.

L'EPA poursuit ses investigations pour déterminer si le logiciel concerné constitue un « dispositif de dissimulation ».

« Le fait de ne pas révéler l'existence d'un logiciel qui affecte les émissions du moteur d'un véhicule constitue une violation grave de la loi qui peut se traduire par une pollution nuisible de l'air que nous respirons », a déclaré Cynthia Giles, responsable de l'EPA, dans un communiqué.

« Une fois de plus, un grand constructeur automobile a pris la décision de contourner les règles et s'est fait attraper », a dit pour sa part Mary Nichols, la présidente du CARB.

Un constructeur automobile peut utiliser un dispositif auxiliaire de contrôle des émissions dans certaines circonstances si cela a pour but de prévenir une dégradation du moteur, mais ce dispositif doit être déclaré aux autorités concernées.

L'EPA refuse depuis plusieurs mois de certifier les millésimes 2017 de plusieurs modèles diesel de Fiat Chrysler, mais le constructeur a continué de vendre les millésimes 2016.

Le groupe pourrait devoir s'acquitter d'amendes susceptibles d'atteindre 44 000 $ par véhicule s'il est prouvé qu'il a enfreint la loi en vigueur.

L'enquête de l'EPA couvre les modèles diesel de Fiat Chrysler pour les millésimes 2014 à 2016.

En septembre 2015, l'EPA avait annoncé qu'elle allait inspecter tous les véhicules diesel vendus aux États-Unis après l'aveu par l'allemand Volkswagen de l'existence d'un logiciel permettant à certains modèles d'émettre jusqu'à 40 fois les niveaux autorisés pour certains polluants.

Mercredi, Volkswagen a accepté de payer 5,69 milliards de dollars et d'admettre sa culpabilité dans le cadre d'un accord négocié avec la justice américaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !