•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Profiter d'un vol en avion pour méditer

Un moniteur dans un avion.

Air Canada offre depuis juillet 2016 des séances de méditation dirigée dans son système de divertissement individuel en partenariat avec Headspace.

Photo : Air Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À défaut de procurer beaucoup d'espace pour les jambes, Air Canada offre depuis quelques mois la possibilité à ses passagers de se dégager l'esprit en méditant en plein vol à l'aide de capsules vidéo créées par l'entreprise californienne Headspace.

Un texte de Fanny Bédard

Le transporteur canadien est l’une des sept compagnies aériennes à s’être, jusqu’à maintenant, associé à Headspace pour offrir de courtes séances de méditation dirigée accessible par le système de divertissement individuel offert à bord de ses appareils.

C’est le début d’une tendance qu’on veut développer d’un point de vue de l’expérience pour le passager.

Une citation de : Éric Lauzon, chef de service divertissement chez Air Canada

« On trouvait que Headspace apportait un contenu assez rafraîchissant différent des autres, parce que ce sont de courtes méditations, de courts programmes qui sont offerts et qui ciblent différents profils de voyageurs. Ça peut être des voyageurs d’affaires, des vacanciers, des familles, des voyageurs de nuit et même les voyageurs anxieux », explique Éric Lauzon, chef de service divertissement à bord à Air Canada.

Écran avec les choix de séances de méditation. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les capsules de méditation sont pour le moment offertes en anglais avec des sous-titre en français.

Photo : Air Canada

M. Lauzon reconnaît aussi qu’Air Canada a été charmée par la renommée grandissante de l’entreprise Headspace. La compagnie canadienne a d’ailleurs fait les premiers pas pour établir un partenariat. Sans vouloir entrer dans les détails, Éric Lauzon dit que l’entente est gagnant-gagnant. « Pour Headspace, ça leur permet d’accéder au marché canadien, ça leur donne une plateforme de visibilité au Canada, avec nos 40 millions de voyageurs par année », lance-t-il.

Pour le moment, les vidéos sont en anglais, mais il est possible de les visionner avec des sous-titres en français. « Headspace a l’intention d’offrir sous peu des capsules offertes en français », assure M. Lauzon.

Headpsace : allier zen et techno

Les fondateurs d’Headspace avouent d’emblée sur leur site Internet que leur entreprise a grossi « beaucoup plus rapidement [qu’ils] ne l’auraient jamais imaginé depuis son lancement en 2010 ». Le magazine Forbes évalue à 250 millions de dollars la valeur de l’entreprise qui offre, entre autres, des séances de méditation dirigée à l'aide d’une application. Le cofondateur Andy Puddicombe, un ancien moine bouddhiste formé au Tibet, est la voix qui guide ces méditations. Aussi, selon le magazine, l’application a été téléchargée plus de 11 millions de fois et 400 000 abonnés paient désormais pour avoir accès à un plus grand nombre de méditations. Les 10 premières sont gratuites.

L’avion, un bon lieu pour méditer?

L’enseignante de méditation et conférencière Laurence Mercier pense que tous les lieux sont bons pour méditer, mais l’avion est un endroit particulièrement propice pour cet exercice, notamment pour les voyageurs qui sont anxieux en vol. « Mais au-delà de ça, être dans l’avion c’est un moment où on a beaucoup de temps devant soi. Tant qu’à être là et ne rien faire, aussi bien en profiter pour méditer », lance-t-elle.

Elle salue aussi l’initiative d’Air Canada et pense que les capsules pourraient piquer la curiosité de certains passagers et les inciter à s’adonner à la méditation. Plus qu’une mode passagère, elle pense que la méditation est une tendance bien-être qui est là pour durer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !