•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Zéro déchet, un idéal à atteindre

Produits de l'épicerie Vivres en vrac, à Val David, dans les Laurentides.

Exemple de produits vendus en vrac : épicerie Vivres en vrac, à Val David, dans les Laurentides

Photo : Radio-Canada / Julien Lafille

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Ne rien jeter et se questionner avant de faire un achat, voici des réflexes que plusieurs tentent d'intégrer dans leur vie quotidienne. C'est un défi qui nécessite des efforts, surtout dans les villes où le compostage n'existe pas.

Un texte de Marilyn Marceau

L’adepte du « Zéro déchet » Joëlle Carle admet qu’il est compliqué de consommer le moins possible de produits qui se retrouveront dans la poubelle.

« Tout devient une décision, tout ce qu’on jette, il faut se demander pourquoi je l’ai acheté, pourquoi je l’ai jeté. »

— Une citation de  Joëlle Carle, résidente de Trois-Rivières

À Trois-Rivières, il n’existe pas de service de compostage municipal. Comme les déchets organiques représentent une grande part de nos ordures, les résidents qui veulent réduire leur quantité de déchets doivent faire du compostage domestique.

Joëlle Carle trouve que composter à la maison est une bonne façon d'être conscient de sa propre consommation.

Entrevue dans le studio de Radio-Canada à Trois-RivièresAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Joëlle Carle, adepte du « Zéro déchet », à Trois-Rivières

Photo : Radio-Canada

Un sac de poubelles par deux mois

Joëlle Carle jette environ un petit sac de poubelles aux deux mois. Pour y parvenir, elle achète beaucoup en vrac, a-t-elle expliqué en entrevue à l'émission 360 PM.

« Aller à l’épicerie, c’est compliqué parce tout est suremballé », dit-elle. La Trifluvienne affirme qu’il est possible de demander aux commis des légumes non emballés. Elle réussit parfois à en obtenir.

« Plus le temps passe, moins je me sens seule. »

— Une citation de  Joëlle Carle, adepte du Zéro déchet

Elle affirme qu’il y a « de plus en plus de possibilités qui facilitent la tâche, mais qu’il faut vouloir ». Elle incite d’ailleurs les citoyens à demander des produits moins suremballés. « Plus les gens vont le demander, plus ils vont le faire. »

Joëlle Carle est administratrice d’une page Facebook intitulée « Zéro déchet Mauricie », un lieu d’échanges sur les meilleurs moyens d’atteindre l’objectif.

« Notre mode de vie actuelle ne peut pas durer éternellement, on consomme beaucoup trop », conclut celle qui a toujours été hésitante à jeter des objets et qui leur cherche une deuxième utilisation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !