•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto et Montréal comptent les huit pires points d'engorgement routier au pays

Les automobilistes se sont armés de patience sur l'autoroute 20 en raison des nombreuses sorties de route.

Les automobilistes se sont armés de patience sur l'autoroute 20 en raison des nombreuses sorties de route.

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une nouvelle étude laisse croire que certains des pires points d'engorgement routier au Canada sont suffisamment imposants pour se comparer à ceux des grandes villes américaines telles que New York et Los Angeles.

L'étude commandée par l'Association canadienne des automobilistes (CAA) montre que la portion d'autoroute la plus fréquemment congestionnée au pays, une section de l'autoroute 401 traversant le centre de Toronto, figure au neuvième rang des artères les plus congestionnées au Canada et aux États-Unis.

Le tronçon le plus congestionné de Montréal, celui de l'autoroute 40 entre Pie-IX et l'autoroute 520, occupe la 3e position au Canada, et se comparerait aux bouchons enregistrés à Boston. Un autre qui suit de près, au 5e rang, est la portion de l'autoroute 15 entre la 40 et le chemin de la Côte-Saint-Luc.

La CAA a déterminé les pires congestions routières en analysant les données provinciales et municipales du volume de voitures et les données du système de géolocalisation (GPS) sur près de 3000 kilomètres de routes au pays.

L'organisme a indiqué que le rapport visait à cerner les secteurs sur lesquels les élus devraient s'attarder pour apaiser la congestion routière, faisant valoir qu'elle nuit à la productivité et fait augmenter de manière générale les émissions de gaz à effet de serre.

Le rapport montre que les 20 pires points d'engorgement au Canada comptent pour seulement 65 kilomètres sur les 3000 kilomètres analysés dans l'étude.

LES 10 PIRES POINTS D’ENGORGEMENTS AU CANADA 

Toronto occupe la moitié des 10 premières positions au pays, et également la moitié des 20 premières positions. Trois artères de Montréal figurent dans les 10 pires points d'engorgement, et 2 autres se retrouvent entre les 10e et 20e positions. Vancouver complète le tableau des 10 premiers rangs, en neuvième et dixième positions.

La ville de Québec obtient une mention au 17e rang, pour le tronçon de l'autoroute 73 (Henri-IV) entre le chemin des Quatre-Bourgeois et l'avenue Dalquier (sortie Versant-Nord/Chemin Sainte-Foy).

Selon CAA-Québec, cela fait de Québec la seule « agglomération de taille moyenne » au Canada à figurer dans cette étude et met en lumière l'importance de l'élargissement de l'autoroute 73 à Québec, qui fait partie des projets à l'étude du Plan québécois des infrastructures 2016-2026.

« S'il restait le moindre doute quant à sa nécessité, notre étude le dissipe de façon éloquente », soutient par communiqué Sophie Gagnon, vice-présidente communications et affaires publiques à CAA-Québec.

Congestion routière au Canada : entrevue avec Annie Gauthier de CAA-Québec

Effets secondaires des bouchons

Pour CAA-Québec, il est prioritaire d'organiser la circulation des individus et des biens en anticipant les besoins à long terme « sans pour autant laisser de côté le potentiel des transports collectifs qui font partie de l'équation ».

Finalement, ce ne sont pas les gestes spectaculaires qui comptent, mais bien l'efficacité. Et c'est aussi ce qui nous permet de dire que l'argent public est bien géré.

Une citation de : Sophie Gagnon, vice-présidente communications et affaires publiques chez CAA-Québec

Les impacts de la congestion routière sont considérables et ont de multiples facettes, selon des chercheurs.

L'auteur de l'étude, Vijay Gill, de la firme CPCS, spécialisée en matière de transport, soutient que la congestion a un impact sur la productivité du travail et sur l'environnement, et qu'il s'agit surtout d'une question de « qualité de vie ».

Selon CAA-Québec, les impacts annuels des cinq zones d'engorgement à Montréal citées dans l'étude représentent plus de 3 millions d'heures de retard et une surconsommation de 7 millions de litres de carburant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !